Vous êtes sur une page multilingue qui vous dirigera vers la langue que vous choisirez

Sind finden hier die Link auf Eure Sprache -  Ich bitte Sie auf Ihren Wappen zu cliken sind finden in dem Erklärungen

Woul'll find here the Link to you language - Please follow your map to see the Champagne art of life.

drapeau allemanddrapeau anglais

This part is unfortunately only in French. We apologize...

but if you come home,we are able to explain

you lots of thing in

ENGLISH and DEUTSCH

 

 

BOTANIQUE

 

image-plantes_coquelicots_biodiversité-Charles_Millet.jpg  Taraxacum officinale 3  Photo Clematis vitalba Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet   

 

 

Photo Draba verna Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet    Stellaria media

 
 

 

Photo plante Taraxacum officinale 3 photo plante Verbascum thapsus Photo plante Taraxacum officinale 2

 

Photo Amaranthus retroflexus Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Capsella bursa pastoris Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Centaurea cyanus Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

Photo Chelidonium majus Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Cirsum arvense Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Conium maculatum Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

Photo Convolvulus arvensis Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Dipsacus fullonum Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet   Brassica_napus_1.jpg    Bellis_perennis.jpg    Photo Echium vulgare Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

 Photo Malva sylvestris Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Mercurialis annua Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Erodium cicutarium Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

Photo Ophrys apifera Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Papaver rhoeas Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Papaver somniferum Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

Photo Picris hieracioides Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Taraxacum officinale Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet Photo Poa annua Charles MILLET Champagne Gabriel Boutet

 

Calystegia sepium      Calendula_officinalis.jpg       Dactylis_glomerata.jpg

 

 

ENTOMOLOGIE

 

photo site punaise et vigne Photos sauterelle sur vigne photo abeille sur pavot

 

 

 

 

 

 

 

 

NATURALISTE

 

Lac du Der Canard colvert 2 DEC.2019 Charles MILLET

LA PYRALE DU BUIS

Les attaques de buis par cette chenille ont massivement reprise en France dès les beaux jours.

« La pyrale passe, le buis trépasse ». Sylvie Briet*

Depuis son arrivée en 2009, l’aspect des jardins à la française a changé. Certains grands châteaux ont préférés arracher tous leurs plants.

Cette chenille ravageuse, venue de chine via l’Allemagne avec des buis ornementaux importés, a envahi 32 pays d’Europe en dix ans.

50 Départements sont touchés en France où elle a défoliée 90% des buis.

De décembre à février, elle se met en pause et en mars, comme l’hiver n’a pas été assez rigoureux, elle est revenue en force.

Cette année 2020 elle menace la région Paca, l’Occitanie et le causse du Larzac. Les forêts d’Auverge-Rhone-Alpes sont elles ravagées depuis 2015.

Image Pyrale du Buie

Le ravageur n’a pas pu être contrôlé !

Les chercheurs forestiers tentent de la combattre. Ils ont tenté plusieurs approches, testé des parasites pour tuer les œufs ou détruire les larves comme les trichogrammes, ces micro guêpes qui pondent dans les œufs de la pyrale.

Des recherches sont en cours pour trouver d’autres prédateurs,

mais la seule solution pour limiter les dégâts semble être les pièges à phéromones le Bacillus thuringiensis. Une autre solution est la pose de nichoirs et nous vous conseillons de vous rapprocher de la LPO si vous avez un grand jardin ; ils vous conseilleront.

Certains oiseaux prédateurs comme les mésanges aident à lutter contre ce fléau, mais les mésanges sont en nombre insuffisant devant le cyclone dévastateur des attaques.

 

LE SAVIEZ-VOUS ?

Une femelle pyrale pond jusqu’à 1 000 œufs au cours de sa vie. Ce sont les larves de la première génération qui se réveillant lorsque les jours rallongent, mangent les feuilles du buis. Lorsqu’elles ont tout dévoré, elles s’attaquent à l’écorce.

 

 La pyrale du buis s'aventure dans les vignes !

Ces derniers jours, des pyrales du buis se sont aventurées dans des vignes bordées par des haies de buis. Mais pas de panique, ce ravageur ne s'attaque pas à la vigne.

 

Quelles sont les conséquences pour l’environnent ?

Le buis est très présent sur les coteaux secs. Il retient le sol fragilisé par les pentes.
Le buis contribue à apporter une ambiance forestière dans le paysage.

Les artisans qui utilisent le bois du buis qui est très dur et très solide sont très inquiets .

 Décryptages par Patricia H Millet de l’article de* Sciences et Avenir de mai 2020 n° 879

 

LA PYRALE DE LA VIGNE

 La Pyrale de la vigne est en réalité une Tordeuse de la famille des mites comme la pyrale du buis sauf que cette dernière n'est pas une tordeuse de feuille.  Les larves des pyrales du vignoble attaquent  la vigne mais les essais montrent qu'au niveau des populations habituellement rencontrées, sauf en Champagne et dans le Bordelais, que leur population n'a pas d'incidence majeure sur la récolte sauf en cas d'attaque massive.  Dans le vignoble Champenois où elle est bien présente tous les ans, on utilise en préventif (de façon collective sur de grandes surfaces)  la méthode de confusion sexuelle à l'aide de phéromones  pour prévenir des futures pontes et par conséquent réduires les dégats potentiels de ce ravageur des larves qui attaquent les feuilles.

 

Image Pyrale de la Vigne 3 Image Pyrale de la Vigne Image Pyrale de la Vigne 2

Saviez vous qu'il existe plus de 200 plantes comestibles et dont certaines poussent dans nos vignes ? Nous organisons des sorties botaniques pour allez à la découverte des plantes, herbes et fleurs.

 

Le jardin médiéval était consacré aux nourritures du corps et à l’art de manger. Les aliments dans la société médiévale étaient classés en 4 éléments qui sont l’air, le feu, l’eau, la terre. Ces éléments sont très hiérarchisés.

 

Les créatures de l’air, les volatiles ceux qui s’élèvent au –dessus du sol seront la nourriture de la noblesse

 

Les animaux mobiles se déplaçant à la surface de la terre sont de l’élément feu et ceux des eaux comme les poissons seront pour les nobles ou les bourgeois.

 

Ce qui pousse sous la terre au ras du sol, les légumes et les racines, les feuilles et le légumineuses seront pour les humbles.

Jean Marie Pelt disait : « si l’aliment fondamental de toutes les classes sociales est d’abord le pain, les légumes du potager en constituent l’indispensable complément » et santé oblige, nos légumes vont gagner leur titres de noblesse et signer de leur  bienfaisante présence nombre de recettes.

 

La nourriture procure aussi quelque chose de plus subtile qui alimente l’émotionnel, l’imaginaire.

Le vert est dédié dans l’Egypte ancienne au papyrus et au dieu Ptah (celui qui crée) dieu des artisans et des architectes. Le vert préside à la création du monde, il représente la naissance, la régénération. C’est la couleur de la vie et de l’espérance. Il s’associe également à d’autres dieux tels Mercure des gaulois ou la planète Vénus.

Les champs, les près et les pâturages ainsi que la virilité spirituelle la joie d’une âme qui sait rester verte sont aussi des symboles et signes de guérison et de renaissance.

 

Tout symbole possède son envers.

Le vert est aussi le symbole de la corruption, de la putréfaction, de la moisissure. C’est alors la dégradation morale des tripots et casinos !

Le symbolisme chromatique et végétal s’exprimait par la persistance de la fête celtique de Beltaine qui est le 1er mai.

Cette fête qui se perpétue dans le folklore des régions par l’arbre de mai qui est l’union du roi de Mai vêtu de branchages avec la reine de Mai couronnée de fleurs. Cela symbolise le renouveau de la nature qui affronte les force restrictives de l’hiver et en triomphant.

Au 16e siècle, Charles X donnait cette fleur à ses courtisanes. Tout le long du Moyen Age les tailleurs avaient comme tradition à cette date, d'offrir du muguet à leurs clients. Dès le 19e siècle les manifestants du 1er mai prirent le muguet fleur symbole de l'Ile de France comme emblème. Aujourdh'ui lors de la fête du 1er mai, depuis 1941 devenu fête du travail, on offre du muguet.

 

 L’HERBE

1080 du latin erva herva. Plante verte alimentaire ou médicinale, se disant aussi la tige herbacée des céréales.

Au 11e siècle et jusqu’à nos jours, désigne toute plante à tige non ligneuse dont la partie comestible est située au-dessus du sol, par opposition à la racine.

Au 12e siècle c’est une plante qui a des vertus médicinales. A partir du 13e siècle, la nature ou l’usage de l’herbe sont précisées par un complément « herbe à teinture » herbes de la Saint-Jean » etc...

Au début du 15e siècle, l’herbe désigne les légumes.

 

LES PLANTES

Les plantes sont à la base de nombreux matériaux, dans toutes les disciplines techniques ou presque. Le bois, issu de nos forêts, nous permet de construire des maisons, des meubles ou encore de fabriquer du papier.

Les fleurs nous permettent de concevoir des parfums, le chanvre est utilisé dans la confection d’étoffes ou comme matériau d’isolation. Les plantes tinctoriales égayent nos tissus.

Je vous présente quelques uns des légumes, plantes du jardin potager médiéval que l’on retrouve encore aujourd’hui dans nos vignes. (Liste non exhaustive).

 

L’amarante

Probablement originaire des régions méditerranéennes, l’amarante est une plante herbacée annuelle proche des chénopodiacées. Considérée longtemps comme une mauvaise herbe, elle était autrefois cultivées pour ses feuilles et ses graines. Aujourd’hui elle a retrouvé le chemin sur nos tables.

 

La Bourrache

Plante méditerranéenne introduite en occident chrétien par l’Espagne musulmane

Au Moyen Age, elle utilisée comme simple, alimentaire et ornementale. Crues, les feuilles accompagnent les fleurs dans les salades. Cuites elles sont consommées comme les épinards. Les tiges et les feuilles sont considérées comme diurétiques.

Les leurs ont des vertus expectorantes et laxatives. En infusion la bourrache est utilisées contre le rhume et la bronchite.


La carotte sauvage

Légume spontané en Europe connu par les grecs et les romains ainsi que les celtes.

La carotte de Charlemagne n’était pas rouge mais blanche et que son goût était âcre. La carotte rafraichit la peau, elle est un bon régulateur intestinal. La carotte a longtemps été un remède populaire contre la jaunisse. De plus, elle a des vertus diurétiques et est utilisée contre les rhumatismes.

Hildegarde de Bingen disait « qu’elle n’est ni très utile, ni très dangereuse pour la santé, car elle rempli le ventre de l’homme ».

 

La chicorée sauvage

Domestiquée depuis 6 000 ans, la chicorée sauvage est cultivée pour ses feuilles amères et croquantes consommées en salade. Les égyptiens liaient les feuilles entre elles quinze jours avant la récolte afin de les garder bien blanches.
Au Moyen Age, on procède de la même façon. La chicorée est alors souvent appelée « Barbe de Capucin » et les feuilles liées prennent le nom d’endives.L’endive que nous consommons aujourd’hui n’est apparue qu’en 1850 en Belgique

La chicorée est utilisée contre les problèmes de foie, elle est diurétique et dépurative.

 

Le chénopode dit Bon Henri

Ancêtre de l’épinard, le Chénopode tire son nom du grec chen qui signifie oie et podium pied en raison de la forme de ses feuilles. Le nom de Bon Henri a plusieurs sources dont celle qui consiste à la rattacher au Roi Henri IV qui aurait crée des jardins dans le but d’aider son peuple.

 

Le fait de nous mettre en ordre de marche pour combattre le coronavirus ne nous empêche pas de nous interroger sur ses origines. Sur le marché de Wuhan, on a compté plus de 110 espèces d'une faune déracinée. Lézards desséchés, serpents dépecés, tortues agonisantes, pangolins mourants, civettes, chauves souris ou même koalas figuraient dans cette pathétique ménagerie qui a conduit à la pandémie que nous subissons. J'ai connu ces cimetières promettant des vertus aphrodisiaques ou thérapeutiques à Taïwan, au Bénin, au Cameroun, en Amérique latine et, bien sûr, en Chine. Il faut en finir immédiatement avec cette odieuse exploitation du vivant. Cette mesure doit s'inscrire comme une priorité au niveau mondial.

 

LPO refuge

 Voici ce qu'écrit Allain Bougrain Dubourg  Président de la LPO dans son courrier du mois de mars 2020

 

"Le fait de nous mettre en ordre de marche pour combattre le coronavirus ne nous empêche pas de nous interroger sur ses origines.

 Sur le marché de Wuhan, on a compté plus de 110 espèces d'une faune déracinée.

 Lézards desséchés, serpents dépecés, tortues agonisantes, pangolins mourants, civettes, chauves souris ou même koalas figuraient dans cette pathétique ménagerie qui a conduit à la pandémie que nous subissons.

 J'ai connu ces cimetières promettant des vertus aphrodisiaques ou thérapeutiques à Taïwan, au Bénin, au Cameroun, en Amérique latine et, bien sûr, en Chine.

 Il faut en finir immédiatement avec cette odieuse exploitation du vivant. Cette mesure doit s'inscrire comme une priorité au niveau mondial."

 

Je plante et préserve des variétés locales d’arbres et d’arbustes: lien direct ci-dessous

 https://refuges.lpo.fr/agir/les-15-gestes-refuges-pour-proteger-la-biodiversite/je-plante-et-preserve-des-varietes-locales-d-arbres-et-d-arbustes

 

LPO

8 rue du Docteur Pujos CS 90263
17305 Rochefort CEDEX
Tél : +33 (0)5.46.82.12.34
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

https://fetedelanature.com/mon-compte/mes-manifestations

 

photo nid oiseaux et oeufs

image vignes 

 

 

C'est une liane folle

qui sur les piquets caracole

enracinée dans la craie

pour aller vers les chais

grillée par les gelées

les feuilles au soleil boursouflées

ses grappes mangées par un ver

c'est tout un univers

 elle joue sa vie au petit matin

pour porter vers demain

en offrande ses raisins

Patricia H MILLET Mai 2019

 

vigne en fleurvigne en fleur capuchons

 Photos strictement personnelles

 

Les entomologistes ont dénombré depuis que la champagne est passée à la culture raisonnée, 35 fois plus de papillons et 15 fois plus de coccinelles sans parler des syrphes, de téléphores. 
Vous pourrez dénicher en observant attentivement avec une loupe l’acarien rouge, la larve de cochenille, la cicadelle,  le gibouri, la punaise, la tenthrède… 
Nous vous raconterons aussi comment  les combattre avec des méthodes comme entre autre, la confusion sexuelle. Les coccinelles à 2 points ou sept points sont de grosses consommatrices de pucerons.
Les adultes en consomment 50 à 100 par jour et les larves de 100 à 150 par jours ! On rencontre aussi des lézards et têtards de grenouilles rousses dans les trous d'eau et ruisseaux qui dévalent les côtaux.
 
Les grenouilles rousses et crapauds communs consomment des insectes comme certain coléoptères. Cette biodiversité démontre l’intérêt qu’il y a à  la préservation du patrimoine champenois.
    Planches Herbier 11 Luzerne darabiePlanches Herbier 4 Géranium grêlePlanches Herbier 3 Laiteron âprePlanches Herbier 5 Lamier pourprePlanches Herbier 13 Fraisier sauvage
Ces quelques planches sont mise à disposition gracieusement par Charles MILLET de son herbier personnel.
 LPO refuge
 
Dans les vignes, les fourrières sont cultivées, certaines de légumineuses comme le trèfle, d’autres sont recouverts de plantes et herbes locales. Dans les routes de vignes  on retrouve dans les vignes des plantes qui hier encore étaient pourchassées.  Certaines plantes ou herbes sont nitrophiles ou restituent au sol l’azote atmosphérique. Sauriez-vous dire lesquelles ?
Nous vous apprendrons à reconnaitre le géranium sauvage, la prêle, l’amarante, la carotte et l’ail sauvages, le pissenlit, le plantain, la morelle noire, euphorbe, la renouée des oiseaux, le séneçon, la véronique, les muscaris… Toutes ces plantes nous parlent du terroir, du sol et sous-sol, de ses excès et carences et de la petite vie souterraine comme du ver de terre ou lombric qui est essentiel pour maintenir la bonne santé du sol : il permet son aération, améliore le drainage et rapporte les matériaux en surface.
 
20161016 100828           loge de vignes image-www.champagne-gabriel-boutet.fr
 

Des espèces exotiques envahissantes colonisent les sentiers à proximité des vignes !

Selon la convention sur la diversité biologique, les espèces exotiques envahissantes (EEE) sont l’une des causes majeures d’atteintes à la biodiversité au niveau international, avec la disparition et ou la fragmentation des habitats, la surexploitation des espèces et des ressources, la pollution et le "réchauffement climatique". Je préfère parler de perturbation climatique ou dérèglemnt climatique par conviction personnelle et je pourrais m'en expliquer si vous me posez la question.

 

Il peut s’agir de végétaux ou d’animaux (oiseaux, arthropodes, crustacés ou encore mammifères). Parmi les EEE présentes en métropole et dans notre région, on peut citer le ragondin, le frelon asiatique, la coccinelle asiatique, l’écrevisse américaine ou encore la jussie. Certaines espèces causent des dommages importants aux écosystèmes et peuvent avoir des impacts économiques et sanitaires importants.

Une plantes exotique envahissante invasive présente dans le vignoble champenois est la renouée asiatique. Il y a plusieurs espèces qui colonisent les sentiers à proximité des vignes

 

 
 

Planches Herbier 5 Lamier pourpre                 photo herbes et repas-www.champagne-gabriel-boutet.fr

Allez vous promenez avec nous au cœur du vignoble de Cumières dans la Marne.

Autrefois, les loges de vignes servaient d'abris ou d'entrepôt pour le matériel des vignerons. Des étudiants en architecture ont trouvé un nouvel usage.Des loges en bois massif à l'architecture très aérée. C'est ce qu'ont inventé des étudiants en architecture. Cette fois, les loges ne sont plus seulement destinées aux vignerons, mais aussi aux vendangeurs et aux marcheurs pour qu'ils puissent se reposer

 

 

 libellule 1        libellule 2

 

BIODIVERSITE : L’œil du
naturaliste et du botaniste

 
Ateliers ou promenades animées par Charles Millet
dans le cadre de ses études de botanique de terrain à la faculté de pharmacie d'Amiens et de Paris Descartes
Sur rendez-vous uniquement à réserver par telephone et confirmer par SMS ou mail
 
photo roseaux 2020 pat            photo canards pat 2020

OENOTOURISME

Atelier jeunesse

de 2 à 5 personnes  ( avec un botaniste)

Reconnaitre sur planche botanique les plantes de nos régions.

/!\ Pas de matériel fourni /!\

45 min  Réservation la veille

 

Atelier botanique NIVEAU 1 de 2 à 5 personnes ( avec un botaniste)

Reconnaitre sur planche botanique les plantes de nos régions et les classifier.

Savoir nommer et décrire les différents organes et parties des plantes.

Degustation de Champagne payante

/!\ Pas de matériel fourni /!\

            45 min Réservation la veille

20160812 135012

Atelier botanique NIVEAU 2

avec un botaniste de 2 à 5 personnes

connaissances requises en botanique de base

Dégustation de Champagne payante

Utilisation de clef de détermination.

Herborisation des plantes collectées pour en faire un herbier.

/!\ Pas de matériel fourni /!\

1h20

 

 

photo plante Charles mars 2020 

 

Sentier Botanique avec un botaniste de 2 à 6 personnes

(Adultes)

Promenade d’observation de plantes locales dans un joli cadre bucolique.

Échange et discussion botanique

Dégustation de Champagne payante

/!\ Pas de matériel fourni /!\ Sentier différent selon les saisons et les plantes que l’on trouve/!\

 
 

 PROMENADE A PIEDS

https://www.champagne-gabriel-boutet.fr/fr/accueil-champagne-gabriel-boutet/18-divers/198-atelier-botanique.html

    Prix selon prestation demandée

 

Notre exploitation est engagée dans une démarche de viticulture durable à haute valeur environnementale.

Nos champagnes conviennent aux végétariens et aux végan

Planches Herbier 12 Grande ciguë

 

Partout dans le monde, les cultures fruitières sont ravagées par des attaques de pourriture acide qui dégradent les qualités organoleptiques avant la récolte (plus particulièrement les cerises, mais aussi le raisin).

Cette transformation en acide acétique est due à une petite mouche venue d’Asie et appelée Drosophila suzukii.

Originaire d’Asie du Sud Est, la D. suzukii a été découverte en 1916, décrite et observée au Japon en 1931 (source INRA Euphytia.inra.fr). Elle apparait progressivement en Chine et en Corée, puis plus tard en Russie, Inde, Birmanie et Thaïlande.

C’est dans les années 1980, qu’elle arrive en Amérique du Nord, à Hawaï plus particulièrement, en Californie en 2008, où on constate des dégâts sur les fruits rouges. En 2010, elle a atteint 27 Etats, particulièrement de la côte Est des Etats Unis. Depuis, elle ne cesse de progresser jusqu’à l’ensemble du pays.

En Europe, elle fait son apparition en 2008, d’abord en Italie, puis en Espagne avant que la Corse ne soit concernée en 2010. Aujourd’hui, cette espèce invasive a remonté tout le couloir rhodanien, l’Alsace, le bassin parisien et est passée outre Rhin.

Introduite vraisemblablement à l’état larvaire dans des fruits infestés en 2008 depuis l’Asie, la D. suzukii entraine des pertes considérables.


Cette mouche, dont une femelle peut pondre 300 œufs par semaine, ne se limite pas aux champs cultivés. Pierre GIROD doctorant à l’UNINE (Université de Neuchâtel en Suisse), a soutenu une thèse à ce sujet en 2018. Il s’est rendu en Chine et au Japon pour essayer de trouver des auxiliaires (prédateurs), mais pour le vignoble on redoute que cela puisse nuire à la faune locale.

Pierre GIROD a fait sa thèse sous la supervision d’Alexandre AEBI, maître d’enseignement et de recherche en agroécologie et de Ted TURLINGS, directeur du laboratoire pour la recherche fondamentale et appliquée en écologie chimique.

 

Dans l’ensemble, tous les chercheurs qui se sont penchés, notamment dans le sillon rhodanien et rhénan sur le sujet, ont observé que le milieu naturel pour la D. suzukii offre de nombreuses possibilités de reproduction, des baies sauvages, comme les fraises des bois (Fragaria vesca), le sureau hièble (Sambucus ebulus), le sureau noir (Sambucus -nigra) le merisier (Prunus avium) et même le gui (Viscum album)

Cette capacité d’attaque de nombreux fruits explique la dissémination rapide dans les zones envahies.

En 2014, les vignobles français et européens ont subi de lourdes pertes dues à une attaque de pourriture acide sans précédent. Les interprofessions de tous les vignobles d’Europe se sont alors demandé qu’elle était la cause de ce fléau afin de pouvoir éviter une telle catastrophe lors des prochaines récoltes.

Ils se sont vite rendu compte que le coupable était, comme pour les vergers, Drosophila suzukii. Devant le potentiel invasif et ravageur de ce petit insecte, des recherches ont très vite été engagées afin d’évaluer la nuisibilité de cet insecte dans les vignobles, son rôle éventuel dans le développement de foyers de pourriture acide et de trouver un moyen de lutte efficace.

Localement, le CIVC (Comité Interprofessionnel des Vin de Champagne) a commencé une série de prélèvements en 2018 ayant pour objectif de mener une étude sur les plantes hôtes de D. suzukii dans l’aire de répartition de l’appellation « Champagne ».

C’est suite à des études de terrain traitant des plantes et leur intérêt dans le vignoble champenois, avec un botaniste chevronné du Comité Champagne, que j’ai été mis en contact avec la responsable chargée de cette étude.

Madame Bonomelli m’a recontacté ultérieurement et m’a offert de venir travailler avec son service. C’est ainsi que l’on m’a proposé une convention de stage durant l’été 2019, stage où je devais faire l’inventaire floristique des plantes hôtes de la D. suzukii.

 

I. Contexte de l’étude et cadre théorique

1. Contexte de l’étude

 Qui est Drosophila suzukii ?

 

Drosophila suzukii ou Drosophile à ailes tachetées est un petit insecte volant de l’ordre des Diptères, appartenant à la famille des Drosophilidae. Cette petite mouche, d’à peine 3 millimètres, est originaire d’Asie de l’Est, principalement de la Chine et du Japon (1ère observation en 1916).
Ce moucheron arrive en Europe, en 2009, dans les cultures fruitières d’Italie (région de Trento). Elle s’attaque essentiellement aux fruits charnus de couleurs rouge et noire. D. suzukii (Drosophila suzukii) est aussi connue sous le nom de drosophile du cerisier. En effet, sa cible préférée est le cerisier où elle fait des ravages chaque année.

 

C’est un ravageur majeur des cultures fruitières à l’échelle mondiale. Elle est reconnaissable à son corps brun, jaunâtre. De plus les mâles sont légèrement plus petits que les femelles et possèdent une tâche noire sur l’extrémité des ailes.

Les femelles ont la spécificité d’avoir un ovipositeur pointu et dentelé plus long que les autres Drosophiles.

La particularité de cette petite mouche, contrairement aux autres espèces de Drosophiles, est qu’elle s’attaque aussi bien aux fruits déjà en dépérissement qu’aux fruits encore sains, avec une préférence pour ces derniers. En effet, grâce à son ovipositeur en forme de scie, elle réussit à pondre ses œufs sous la peau des fruits encore sains.
C’est au cours du développement de la larve que le fruit s’abime. La larve, en se nourrissant de la chair du fruit, va créer des perforations qui vont provoquer le dépérissement prématuré du fruit. De plus, cela ouvre la porte aux autres insectes, tel que la Drosophile melanogaster, qui peuvent être porteurs de bactéries acétiques qui transforment les sucres du fruit en acide acétique et détruisent complètement les récoltes.

Cycle de développement de Drosophila suzukii, étudié à température de 20°C

Source : https://occitanie.chambre-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/Occitanie/Productions techniques/SudArbo15_Drosophila_suzukii_CRAO_0218.pdf (page 3)

 

  •     Les moyens de lutte existants :

Actuellement, des solutions ont été trouvées pour lutter contre D. suzukii, mais elles ont de gros impacts secondaires sur l’environnement ou encore la qualité des récoltes.

  • L’utilisation d’un parasitoïde exotique, une micro-guêpe de genre Asobara ou Ganaspis, qui pondrait ses œufs dans les pupes de D. suzukii, est en cours d’expérimentation.

Si cela s’avère efficace, ce pourrait être un excellent moyen de lutte. Mais attention à ce que cet insecte ne devienne pas invasif à son tour. Pour le moment personne ne sait quels autres impacts pourraient être causés dans le milieu local.

  • La lutte phytosanitaire est l’une des plus efficaces en détruisant massivement les moucherons. Mais malheureusement, ce système de lutte demande beaucoup de passages de traitement et tuerait aussi les autres insectes présents.

Ayant entamé sur le vignoble Champenois, une campagne de classement Haute Valeur Environnementale et Eco responsable, il ne semble pas envisageable d’épandre de nouveaux produits phytosanitaires.

De toute façon, il n’existe pour le moment, pas de produits spécifiques à D. suzukii et les traitements nécessiteraient des renouvellements successifs pour couvrir la période d’activité de l’insecte qui se situe du printemps jusqu’à l’automne avant les grands froids.

 

  • Les filets de protection, à mailles extrêmement serrées, ont été expérimentés dans les zones fruitières. Cette technique offre une bonne couverture aux fruits, mais s’ils sont posés trop tôt, ils empêchent la pollinisation. En outre, cette technique est très onéreuse.

Il faut garder en mémoire que les filets diminueraient aussi l’efficacité des intrants et pourraient ainsi favoriser l’apparition des maladies cryptogamiques, en créant un microclimat humide et chaud, ce qui va à l’encontre d’une culture plus écologique.

  • Le piégeage de masse est actuellement le moyen de lutte le plus utilisé, puisqu’il a le moins d’impact sur la biodiversité de la parcelle. Seulement, il est difficile d’entretien par sa récurrence de renouvellement, il demande énormément de temps.
  • Drosophila suzukii dans le vignoble

Des chercheurs ont observé une disparité de piégeages selon les régions, les climats et les périodes de l’année. Les conditions climatiques jouent un rôle déterminant.  Dans les zones les plus méridionales, les captures sont plus importantes que dans les régions à hiver plus froid.

D. suzukii a fait son apparition en champagne en 2014, avec une attaque massive sur les 3 cépages de la région : Chardonnay (raisin blanc à chair blanche), Pinot Meunier et Pinot Noir (raisins noirs à chair blanche)

 

 

Les recherches sont toujours en cours actuellement, mais à moindre échelle car il s’est avéré que Drosophila suzukii n’est qu’un ravageur secondaire, quant à sa nuisibilité sur les grappes. En effet, elle n’attaque pas tous les ans, même si sa présence est relevée chaque année lors de piégeages. On remarque qu’il n’y a pas forcement de dégât. Le climat, lors de la vendange, est déterminant dans les attaques de D. suzukii.

Il n’y a pas de preuve d’un lien direct entre la présence de pourriture acide et Drosophila suzukii car en 2017, il y a eu une attaque de pourriture acide mais il n’y a presque pas eu de présence de D. suzukii dans les pièges. Je n’ai pour ma part trouvé aucun travail écrit sur ce sujet.

En effet, la recherche se concentre actuellement sur la lutte sans intrants face aux maladies cryptogamiques (mildiou et oïdium) et les nématodes qui propagent des maladies comme le court noué (maladie liée aux nématodes Xiphinema index, qui

lorsqu’ils piquent les racines de la vigne pour se nourrir, transmettent la maladie de pied en pied) on dit que celui pourrait être le Phylloxéra du 21e siècle !). Ce sont pour le moment les recherches de solutions à ces trois périls qui sont privilégiées dont la seule solution pour l’instant et la dévitalisation et l’extirpation des racines dans toutes les parcelles et zones concernées.

La dynamique de l’insecte semble s’expliquer par le climat.

Source CASDAR, citée en bibliographie.

 

On sait que les femelles pondent à l’automne et qu’en conditions sèches, on en trouve moins.  Mais actuellement, on ne sait pas encore si on en capture moins quand le climat est sec ou si c’est l’insecte qui se déplace moins en période sèche et donc par ce fait, est moins capturée.

Par exemple, la vendange 2014 a eu une attaque massive.

La douceur de l’hiver 2013 - 2014 expliquerait le fait que la population était plus précoce en 2014 qu’en 2013 et 2015. En général, le niveau global des populations augmente fortement jusqu’à l’automne avec des fluctuations au cours de l’été dues aux conditions climatiques.

Les fortes populations de l’été et automne 2014 sembleraient causées par l’été bien plus pluvieux et plus frais et que les autres années.

En conditions sèches, les captures semblent diminuer fortement, mais il n’est pas possible actuellement, de savoir si cela reflète une mortalité importante, ou s’il s’agit seulement d’une période où l’insecte est moins actif, se déplace moins et est donc moins capturé.

Les conditions optimales de développement de D. suzukii sont quand l’humidité est inférieure à 60% et la température moyenne hebdomadaire supérieure à 25°C.

Son développement se fait surtout au printemps et à l’automne. A l’approche de l’hiver, il rentre dans une forme « d’hibernation ». Il semblerait qu’ils s’abritent après la chute des feuilles, dans celles-ci au sol. Les femelles pleines avant l’hiver, résistent mieux au froid que les mâles et elles sont donc plus présentes au printemps suivant.

Si l’hiver est doux comme en 2013 – 2014 et le printemps sec et ensoleillé, les femelles, qui ont pondu à la fin de l’été 2013, ont laissé la nouvelle génération passer la période hivernale 2013 2014 dans divers refuges et comme il n’y a pas eu de périodes assez longues de gel conséquent, leur survie n’a pas été menacée.

On sait que le froid intense, durant plusieurs semaines en hiver, fait baisser le niveau de population, mais il n’a pas fait assez froid à la fin 2013.

Ainsi à la fin de l’été 2014, lors de la période de maturation des raisins, les populations étaient abondantes, puisque la situation climatique leur était favorable, ainsi par la présence de raisins rouges dans l’environnement.

Les recherches champenoises ne sont pas délaissées, car nous ne sommes toujours pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe. La profession cherche toujours à évaluer le niveau de risque de pourriture acide liée à la présence de D. suzukii.

 

Pour le moment, par manque d’information sur D. Suzukii, il n’a pas encore été envisagé sur l’ensemble de la profession une information générale. Si besoin en était, il existe un moyen de communiquer rapidement et efficacement : la revue du CIVC, le vigneron Champenois, qui est réservée à cet effet depuis l’année 1873.

Des formations sur le terrain pourraient aussi être envisagées comme pour les autres maladies, pour sensibiliser les vignerons.

En discutant avec certains de la D. suzukii, une demande existe, puisqu’il a été proposé aux vignerons de replanter des haies pour favoriser la biodiversité. Il serait essentiel que les plantes hôtes ne fassent pas partie des haies proposées par la chambre d’agriculture, par la maison du Parc Naturel de la Montagne de Reims, par le CIVC, par le collectif Champagne Patrimoine Mondial Unesco et le guide Viticulture durable en Champagne, hors-série 2014 qui incitent à cette action de replantation de haies.

J’ai repéré et annoté les plantes recommandées à entretenir en haies, buissons et arbres isolés, conseillés par l’article et le site CHAMPAGNE PATRIMOINE MONDIAL .ORG

Les arbres ou arbuste conseillés en HAIES

Nom Latin

Mes commentaires

Aubépine

Crataegus monogyna

 

Charme

Carpinus butulus

 

Bourdaine

Frangula alnus ou

Rhamnus frangula

À éviter, permet le développement complet.

Baguenaudier (arbre à vessie)

Colutea arborescens

 

Cornouiller Sanguin

Cornus sanguinea

Pas de développement des larves

Cytise

Laburnume anagyroides

Très toxique pour l’Homme

Eglantier

Rosa Canina

Pas de développement des larves

Fusain d’Europe

Euonymus europeus

Pas de ponte

Noisetier

Corylus avellana

 

Prunelier ou Epine noire

Prunus spinosa

À éviter, permet le développement complet.

Prunier de Sainte Lucie

Prunus Mahaleb

Très toxique pour l’Homme

Rosier pimprenelle

Rosa pimpinellifolia

Pas de développement des larves

Rosier rubigineux

Rosa rubiginosa

Pas de développement des larves

Saule pourpre

Salix purpurea

 

Saule marsault

Salix caprea

 

Sureau Noir

Sambucus nigra

Devrait être déconseillé, car c’est un lieu de ponte pour D. suzukii

Troene ommun

Ligustrum Vulgare

Intéressant, car plante sans ponte de D. suzukii

Viorne lantane

Viburnum lantana

Intéressant, car plante piège de D. suzukii

Viorne obier

Viburnum opulus

Intéressant, car plante piège de D. suzukii

 

Les arbres conseillés

Nom latin

Devraient être déconseillés car ce sont des niches importantes pour la D. suzukii

Cerisier

Prunus cerasus

Prunier

Prunus domestica

Pêcher

Prunus persica

Poirier

Pyrus communis

Pommier

Malus domestica

Le point important serait que les vignerons puissent reconnaitre autour de leur parcelles les plantes hôtes afin de pouvoir intervenir sur celles déjà existantes en temps utile, afin d’éviter les foyers et la propagation de la D. suzukii. Couper les baies avant maturité pourrait être une des solutions ainsi que de favoriser des plantes pièges comme le cornouiller sanguin Cornus sanguinea.

Pour avancer dans les recherches des moyens de lutte, les techniciens du Comité Champagne ont posé des pièges en 2018 à différents endroits en couvrant presque toute la Champagne viticole.

Au cours de ces piégeages, ils ont remarqué un « effet site », c’est-à-dire que les parcelles où il y a le plus de pièges sont les mêmes chaque année.

En observant l’environnement, il y a eu un rapprochement entre les piégeages et les forêts ou les haies à proximité.

Ils se sont alors posé les questions suivantes :

 

« Existe-t ’il une corrélation entre l’environnement des parcelles et la Drosophila suzukii ? »

« La Drosophila suzukii n’aurait-elle pas d’autres plantes « hôtes » que la vigne pour se développer ? »

Le CIVC (Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne), pour répondre à ces questions, a lancé un travail de recherche, auquel j’ai participé de Juin à Août 2019. Cette période est particulièrement fructifère pour beaucoup d’espèces végétales et se situe avant le développement et la maturité des grappes de raisins.

Un travail écrit que j’ai réalisé sur ce sujet avec un collaborateur, a été remis au CIVC en Août 2019.

 

  • Qu’est-ce qu’une plante-hôte pour un insecte ?

 

Définition :

« Certaines espèces d’insectes sont liées à une ou à quelques espèces de plantes en particulier : ils pondent leurs œufs sur seulement cette espèce de plante. Les larves se nourrissent uniquement de cette plante, on l’appelle la plante-hôte de l’insecte. »

(Source : www.lacitedesinsectes.com/component/seoglossary/-glossaire/plante-hote)

Dans notre cas, pour sa reproduction, la Drosophila suzukii pond dans les fruits de diverses variétés de plantes sauvages (Rubus fructicosus par exemple) ou cultivées (Vitis vinifera par exemple).

Il a été noté par les études faites dans le projet du CASDAR (Compte d’Affectation spécial développement Agricole et Rural). Cette entité est un levier pour accompagner la transition agro - écologique de l’agriculture française.

Les études se sont particulièrement portées sur la D. suzukii et ses pontes sur des fruits d’espèces végétales sans qu’il n’y ait d’émergence d’adulte. Ces plantes sont dites des « plantes-pièges ».

Certaines plantes ont été exclues des plantes hôtes et des plantes pièges mais elles sont présentes dans le milieu étudié

D’autres plantes ont retenu mon attention de botaniste car bien présentes dans les vignes mais non rattachées aux plantes hôtes ou plantes dites piège. Ces plantes sont intéressantes à citer même s’il n’y pas de lien avec D. SUZUKII.

Je vous propose de joindre en annexe, les fiches de trois plantes qui ont retenu, de ma part, une attention particulière dans mon étude, étant présentes à l’état sauvage dans les vignes non traitées.

Dans le diaporama que je présenterai, j’inclus ces trois plantes en en faisant la description détaillée ; il s’agit de

  • Bryonia dioica,
  • Rosa canina,
  • Hedera helix
  • Bryonia dioica Jacq. « Navet du diable »

    Description de Coste :

    • Plante Vivace hérissée de petits poils renflés à la base, à racine très grosse, charnue, cylindracée.
    • Tiges très longues, grêles, grimpantes, munies de vrilles contournées en spirale, opposées aux feuilles.
    • Feuilles palmatilobées, en cœur à base, à 3-5 lobes aigues, sinués-dentés.
    • Fleurs verdâtres, dioïques, veinées, en fascicules axillaires, les mâles plus grandes et bien plus longuement pédonculées.
    • Sépales triangulaires, baie petite (5-8 mm de diamètre), dressée, globuleuse, lisse, rouges à la maturité, à suc fétide, à 4-6 graines elliptiques.

     Rosa canina L. « Rose des chiens »

    Description de Coste :

    • Arbrisseau de 1-3 m, verdâtre et aux rameaux robustes, dressés.
    • Aiguillons forts, crochus ou arqués, dilatés à la base.
    • Feuilles à 5-7 folioles plus ou moins grandes, ovales ou elliptiques, glabres, à dents simples, doubles ou composées-glanduleuses.
    • Stipes et bractées dilatées, allongées.
    • Fleurs roses ou blanches, plus ou moins grandes, solitaires ou en corymbes.
    • Pédicelles lisses, plus rarement hispides-glanduleux à glandes inodores.
    • Sépales appendiculés, réfléchis après la floraison et promptement caducs
    • Fruit gros, presque toujours lisses.

    Hedera helix L. « Lierre grimpant »

    Description de Coste :

    • Arbrisseau à tiges sarmenteuses, couchées-radicantes sur le sol ou grimpantes par des crampons.
    • Feuilles alternes, pétiolées, coriaces, luisantes, persistantes, le caulinaires palmatinervées, à 3-5 lobes, triangulaires, celle des rameux florifères entières, ovales-acuminées.
    • Fleurs d’un jaune verdâtre, en ombelles terminales globuleuses, à rayons nombreux, pubescents-blanchâtres.
    • Calice à 5 petites dents.
    • 5 pétales lancéolés, pubescents, réfléchis.
    • Style persistant.
    • Baie globuleuse, noire, cerclée vers le sommet par le limbe du calice.
  • Matériel de détermination floristique

Pour ce travail, j’ai utilisé des Flores

  • Flora Vegetativa de Adrien MÖHL et Stefan EGGENBERG éditeur ROSSOLIS

2ème édition 2013

  • Flore de Gaston BONNIER et Georges de LAYENS éditeur BELIN édition 1985
  • Ainsi qu’une application de détermination, « PlantNet » (créée en partenariat avec le site « Tela-botanica »).

Je procède ainsi. D’abord, en cas de doute ou de non reconnaissance de la plante à identifier, je la photographie avec «PlantNet ». L’application me propose alors différents noms d’espèces et de genres possibles associés à d’autres photos. Je compare les photos avec la plante à identifier et élimine certaines espèces voire certains genres.

Je m’engage ensuite dans l’identification à l’aide de l’une des Flores, avec en tête l’espèce ou le genre supposé suite à l’utilisation de « PlantNet » ; cela m’aiguille lors de l’identification avec la flore qui valide ou non mon hypothèse.

Quand je ne suis en présence que de parties végétatives (exemple Solanum nigrum), j’utilise Flora Vegetativa ; dans les autres cas, je prends la Flore de Bonnier.

 

Fiches de terrain

J’ai aussi fait des fiches pour noter les caractéristiques des espèces rencontrées et d’autres informations relevées sur le terrain.

Ci-dessous, un exemple vierge de mes fiches de terrain :

Chaque jour, je suis allé sur une ou plusieurs stations (si elles étaient proches géographiquement ou si elles étaient peu diversifiées en espèces végétales) et remplissais les 5 colonnes des fiches de terrain :

  • Distance du piège = indique la zone de recherche (50m ou 100m par rapport à l’emplacement du piège) où l’espèce a été trouvée ainsi que le foyer (indiqué par une lettre) s’il y en a plusieurs dans une même zone donnée.
  • Abondance = indique la redondance d’une espèce dans la zone et/ou le foyer repéré (indiqué sur la ligne).
  • Stade de croissance = indique le stade de l’espèce trouvée par rapport à son cycle de développement, ainsi que son stade par rapport à son cycle reproductif.
  • Identification et couleur du fruit = indique le genre et/ou l’espèce si l’identification est complète. Indique aussi la couleur du fruit (s’il y a déjà un fruit à maturité).
  • N° Photo = indique le nom et le numéro de la photo prise de l’espèce correspondant à la ligne.

Photographies

 

Lors de l’identification, si je ne pouvais identifier jusqu’à l’espèce, en plus des photos générales de la plante et des notes sur les caractéristiques sensorielles, je prélevais un échantillon.

Mais avant d’inventorier, j’ai cherché sur le site de l’INPN (Inventaire National du Patrimoine Naturel), les espèces protégées dans la région. Je n’ai donc procédé à aucun prélèvement, si l’espèce recherchée appartenait à un genre dont certaines espèces sont protégées (dans le doute°

 

Présentation de la pratique sur le terrain   Repérage des emplacements des pièges.

Une fois arrivé sur les parcelles, il me fallait, plus ou moins, repérer les endroits où les pièges étaient posés les années précédentes car ils n’étaient pas encore placés à cette période de l’année.  En effet, en réalisant mon inventaire floristique du 25 juin au 3 juillet 2019, les pièges n’étaient pas présents, ils ne seront posés que courant août.

  • Délimitation des foyers à étudier.

A l’aide de mes cartes, il me fallait repérer les limites des différents périmètres ainsi que des foyers préalablement identifiés.

  • Inventaire floristique.

Lors de mon travail de terrain, je procède ensuite systématiquement de la même façon, j’inventorie les espèces végétales potentiellement hôtes de la Drosophila suzukii dans le périmètre de 50 mètres, puis je refais l’inventaire (même s’il y a des doublons d’espèces) dans le périmètre des 100 mètres. J’ai rencontré des cas particuliers comme le foyer D de la station d’Epernay (voir carte page 7) que j’ai dû écarter car sur le terrain, j’ai pu constater que celui-ci ne présentait que des espèces de la famille des Poacées et des plantes sans fruit charnu, donc hors du contexte de l’étude. Aussi le foyer C de la station d’Épernay s’étend à la fois sur le périmètre des 50m et des 100m du Piège N°2. Dans ce cas, j’ai dû séparer les données collectées en fonction du périmètre.

Si des zones où l’on trouve des espèces végétales qui sont séparées les unes des autres par la vigne, elles doivent impérativement être étudiées indépendamment.

 

Parfois certaines zones et certaines parcelles étaient très pauvres en espèces végétales, ce qui explique le manque d’espèces sur l’inventaire de ces parcelles.

Les zones les plus riches sont essentiellement proches des forêts, plantées par l’homme ou par naturalisation.

Les essences observées à la saison durant laquelle j’ai fait mes observations, c’est-à-dire l’été, étaient souvent en fruits mais pas encore à maturité, hormis certaines espèces de prunus comme les cerisiers.

 

Dans le cas de plantes non déterminées directement sur le terrain, faute de temps ou d’éléments, il fallut que je retravaille sur leur identification à l’aide des photographies.

Voici un exemple de plante rencontrée pour laquelle j’ai eu des difficultés d’identification :

Je me trouve en présence d’une plante :

. Tige glabre sortant du sol

. Spathe résiduelle sèche à la base de l’épi de baies

. Épi de baies vertes et immatures

. Absence de feuilles

 

PLANTE HOTE DROSOPHILE

 

 

N’ayant pas assez d’éléments (feuille ou fleur) je n’ai pu identifier précisément l’espèce à l’aide de la Flore.

 

Petite précision :

Je me suis donc décidé à procéder à un autre type de démarche dichotomique. Connaissant le genre Arum, j’ai cherché quelles espèces pouvaient croître dans la région. Seul l’Arum maculatum (l’arum tacheté) correspondait à la région et aux caractéristiques du milieu (sol basique et humide dû à la présence d’un plan d’eau).

Un sol sableux et limoneux est acide parce qu’il contient de la matière organique comme l’humus. Le sol calcaire a un ph > 7 il est basique ou alcalin et souvent humide puisqu’il retient l’eau. En Champagne, le sol se reconnait à sa couleur blanchâtre car il contient de la craie, une roche composée principalement de carbonate de calcium (CaC03). Pour être exact, la craie champenoise est composée de microalgues appelées coccolithes, qui lorsqu’elles meurent dans les océans tombent au fond de l’eau et en s’accumulant sont mangées par les bactéries en donnant naissance à des boues qui se sédimentent au fil des millions d’années. Le vignoble champenois pourrait-on dire, a été planté sur du plancton du crétacé.

 

1-  Analyse des données recueillies

  • Synthèse des données collectées sur le terrain.

Afin de traiter les données collectées, j’ai choisi de synthétiser mes fiches de terrain sous forme de tableaux.

Chaque tableau correspondant à une station.

Vu les emplacements souvent complexes des foyers (pouvant chevaucher 2 zones différentes), je n’intègre pas au tableau le nom des foyers mais leur contenu qui est réparti dans les différentes zones correspondantes. Puis, par exemple, si un foyer correspond à un jardin, je le note en commentaire et j’étudie les espèces végétales en rapport séparément.

 

Voici, ci-dessous un exemple de tableau synthétique issu du travail de terrain :

 

Épernay

Zones

Nom scientifiques

Nom courant

Abondance*

Commentaire

Périmètre des 50m du piège N°1

Cornus sanguinea

Cornouiller sanguin

2

 

Rubus fructicosus

Ronce commune

2

 

Rosa canina

Églantier

1

 

Duchesnea indica

Faux fraisier

1

 

Juglans regia

Noyer commun

1

 

Humulus lupulus

Houblon

1

 

Sambucus nigra

Sureau Noir

1

 

Bryonica dioica

Bryone dioïque

1

 

Headera helix

Lierre Grimpant

2

 

Prunus spinosas

Prunelier

1

 

Sambucus ebulus

Sureau hièble

1

 

Périmètre des 50m du piège N°2

Prunus avium

Cerisier

1

Jardin d'une maison

Rosa canina

Eglantier

1

Rubus fructicosus

Ronce commune

1

Bryonica dioica

Bryone dioïque

1

Prunus domestica subsp. syriaca

Mirabellier

1

Headera helix

Lierre Grimpant

2

Juglans regia

Noyer commun

1

Sambucus ebulus

Sureau hièble

1

Périmètre des 100m du piège N°2

Rosa canina

Eglantier

1

 

Salis caprea

Saule des chèvres

1

 

Headera helix

Lierre Grimpant

2

 

Prunus domestica

Prunier

1

 

Ce tableau est issu de l’inventaire floristique effectué sur le terrain d’Epernay (carte en page 7).

 

Description de Coste (issue de TelaBotanica)

  • Analyse des données des espèces végétales, où la D. suzukii a un cycle de développement complet

Liste des 15 espèces permettant le développement complet de D. suzukii, déterminées sur l’ensemble des sites étudiés :

- Malus domestica, cultivé, présent dans un jardin ; (pommier)

- Pyrus communes, idem ; (poirier)

- Vitis vinifera (vigne)

- Atropa belladonna (belladone)

- Fragaria vesca (fraisier des bois)

- Frangula alnus (bourdaine)

- Ribes rubrum (cassissier à grappes)

- Rubus idaeus (framboisier)

- Rubus fruticosus (ronce commune)

- Sambucus ebulus (sureau hièble)

-Sambucus nigra (sureau noir)

- Prunus avium (merisier)

- Duchesnea indica (fraisier des indes)

- Taxum baccata (If commun)

-Viscum album (gui)

 

J’ai choisi d’inclure dans le graphique ci-dessus, les 3 espèces qui pourraient également permettre à D. suzukii d’effectuer un développement complet malgré des résultats contradictoires selon les études sur lesquelles j’ai travaillé et qui sont citées en bibliographie :

-Solanum dulcamara (morelle douce-amère)

- Solanum nigrum (morelle noire)

- Arum maculatum (arum tacheté)

 

 

J’ai pu constater avec mes recherches, que j’ai croisées avec les données des études précédentes, une large majorité de « ronces communes » parmi toutes les espèces où le cycle de développement de D. suzukii est complet.

Par la suite, on constate que le fraisier des indes, le sureau noir, le sureau hièble et le merisier sont bien implantés, eux aussi.

Les autres espèces, comme le pommier, le poirier, mais aussi le mirabellier et l’if commun ainsi que certains pruniers et cerisiers, ont été plantés par l’homme.

 

  • Analyse des données des espèces végétales, où la D. suzukii a un cycle de développement partiel

Liste des 4 espèces déterminées sur l’ensemble des sites étudiés où le développement est partiel pour D. suzukii :

-              Asparagus officinalis (asperge)

-              Cornus sanguinea (cornouiller sanguin)

-              Ilex aquifolium (houx)

-              Rhamnus cathartica (neprun purgatif)

A celles-ci, j’ajoute les espèces potentiellement éligibles (résultats contradictoires selon les études sur lesquelles j’ai travaillé et qui sont citées en bibliographie) :

-              Arum maculatum (arum tacheté)

-              Crataegus monogyna (aubépine)

 

 

Conclusion
En conclusion de l’étude et aux vues des résultats observés, dans ce travail, il est démontré qu’il existait bien une corrélation entre l’environnement végétal des parcelles et la présence de Drosophila suzukii. On peut donc en déduire qu’il existe un lien étroit entre l’environnement des parcelles champenoises et la Drosophila suzukii.

En effet, vu que les parcelles où il y a le plus de captures sont celles où il y a le plus de végétation et inversement, il est évident que la végétation environnante a une importance sur la présence de D. suzukii dans le vignoble.

Par ailleurs, il faut aussi noter que la simple présence d’un individu tel que Prunus avium ou Rubus fruticosus, hôte de la Drosophila suzukii, peut être une niche importante pour le développement de la mouche même, en l’absence d’autres espèces hôtes avoisinantes.

Il est fort possible que D. suzukii vive sur une essence en attendant qu’une suivante soit passée à maturité ou du moins que les conditions soient favorables à D. suzukii.
De plus, D. suzukii pond sur certaines essences sans pour autant s’y développer complètement. Ces plantes sont dites « pièges » car la ponte n’aboutit à rien.

La difficulté de la lutte
Si l’on veut limiter les attaques de ces petites mouches, il faudrait définir précisément quelles plantes sont des hôtes pour D. suzukii et permettent le développement des œufs jusqu’à émergence de la nouvelle génération.

Une fois ces plantes identifiées, il faudrait supprimer ou éviter de planter ces essences, ce qui parait compliqué à mettre en place au vu de la taille de la liste des plantes concernées. Cependant ce serait une avancée d’avoir un inventaire qui représenterait aussi une grande partie de la végétation de la région.

Ces buissons et arbres servent aussi d’abris pour les petits animaux et certaines espèces d’insectes bénéfiques pour la vigne. Une alternative serait possible en conservant ou en réimplantant comme je l’ai évoqué plus haut dans mon travail, des essences dites « pièges » (ne permettant pas le développement larvaire complet de D. suzukii). Reste à définir un inventaire floristique de ces espèces en corrélation avec les territoires locaux.

Aujourd’hui, dans le monde viticole, les recherches pour la lutte contre Drosophila Suzukii ont ralenti car elle n’est considérée que comme un ravageur secondaire. En effet, la présence et la nuisibilité ne sont pas clairement établis.
Il y a un effet millésime (condition météo, fragilité de la baie, foyer de pourriture). Seulement, il ne faut pas oublier qu’avec le réchauffement climatique et les vendanges de plus en plus précoces, ce ravageur aujourd’hui secondaire pourrait devenir un ravageur majeur des récoltes à venir.

Notons également que d’après les recherches d’Olivier Chabrerie (Université de Picardie Jules Vernes à Amiens), certaines plantes hôtes, même moins attractives ou toxiques peuvent conférer à D. suzukii des immunités (belladone) ou des adaptations telles de plus grandes ailes (gui).

 

 

 

El Niño

 

Plus les températures augmentent, plus les conséquences extrêmes d’El Nino pourraient être fréquentes et intenses. Or, pour l’instant, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de faire grimper le thermomètre. Selon les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), au rythme actuel, la température devrait augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2052.

Selon une étude de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), il y a 80 % de risques qu’un phénomène El Niño se forme et entre 55 % et 60 % de risques que l’événement se poursuive jusqu’au printemps 2019. El Nino pourrait également être retardé et frappé plutôt en 2020."Je ne suis pas prêt à dire que 2019 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée", a déclaré le météorologue Brett Anderson à AccuWeather, "mais je suis assez confiant pour dire qu’elle sera classée parmi les trois années les plus chaudes de l’histoire, indépendamment de la puissance d’El Nino". 

"Si un épisode El Nino se concrétise, 2020 sera sans doute plus chaude que 2018". Pour 2018-2022, l'impact lié à la variabilité naturelle du climat sera "équivalent au réchauffement climatique anthropique", ce qui aboutira ainsi à une hausse de température moyenne deux fois plus élevée qu'avec le seul réchauffement provoqué par l'homme, a précisé à l'AFP l'auteur principal Florian Sévellec, du Laboratoire d'océanographie physique et spatiale (CNRS/Ifremer).

Une situation propice aux ouragans "Nous sommes entrés dans une phase de chaleur, poussée par la variabilité naturelle, qui devrait durer cinq ans ou plus", a-t-il ajouté. Selon l'étude, les risques d'épisodes de températures anormalement élevées de la surface de la mer seront également plus importants, situation propice aux ouragans. (Secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova)

Le dernier épisode El Niño, qui a pris fin en 2016, est associé au blanchissement de la Grande Barrière de corail, à de graves sécheresses en Afrique ou encore des incendies en Indonésie. (Etude publiée dans Geophysical Research Letters) Marina Fabre @fabre_marina.


 

Je regarde le ciel, les étoiles et la rosée


ciel

« Ô Homme,
Tu as mis le fer à ton service pour les choses terrestres,
Tu le conformes à tes besoins,
Tu le manifestes selon sa valeur matérielle
Dans nombre de tes œuvres.
Or, il ne te sera toutefois salutaire
Que lorsque se manifestera à toi
La haute puissance de son esprit. »
Rudolf  Steiner


L’année viticole se profile et je vous propose quelques métamorphoses de notre façon de travailler. Pour comprendre cet exposé rien  ne nécessit de connaissances astrologiques. 

Demandez vous simplement quelles compétences  nous pourrions développer en regardant le ciel, les étoiles et la rosée.


La maitrise de l’énergie et le soin que nous devons porter à notre terre nous poussent à développer d’autres compétences pour changer notre façon de vivre et de travailler.


Regardez attentivement la Lune, elle est belle et jamais la même, elle vogue à travers la voute céleste en agissant partout où il y a croissance gonflante, (le bourgeon de la vigne, le brin vert appelé pampre puis sarment puis
rameau,  le grain de raisin).
C’est la lune qui permet dans un même organisme la multiplication des cellules, la reproduction. Mais si, seules les forces de la Lune étaient à l'œuvre, le monde serait uniforme et sans structure. Jupiter par exemple est
multiplicateur que ce soit en quantité ou de maladies et vénus prodigue la qualité. Saturne apporte la structuration et permet l’aspect qualitatif. Dans le système décrit, on regarde toujours le ciel vu de la terre, on appelle cela,
la vision géocentrique.


Il y a des cycles dans la vigne, cycles en vert, cycles en air et cycle en eau.

Voir les pages correspondantes dans le blog.


Lorsque la Lune se trouve devant une constellation qui est traditionnellement reliée à l’élément terre, que ce soit
le Taureau, la Vierge ou le Capricorne, la partie racine du plant de vigne est favorisée.

Lorsqu’elle se trouve devant une Constellation reliée à l’élément eau,

ce sont les feuilles qui se développeront le mieux, les fruits pour les constellations
de chaleur et la fleur pour les constellations d’air/lumière.  


Si on veut se servir des astres pour prévoir le temps ou intervenir dans les vignes, il faut retenir en priorité les aspects majeurs et en premier le Soleil et ensuite la Lune. Si deux aspects se contredisent, c’est le plus puissant
qui l’emportera.


Quelques pistes pour réfléchir.


Soleil :traditionnellement chaud et sec, suivant la rencontre qu’il fera. Soleil/Jupiter donnera un temps chaud contre un Soleil/Saturne apportera un air plus frais
Lune :nature froide et humide n’exerçant qu’une influence en contact avec une autre planète. Un trigone de la Lune/mars produira un temps chaud, un trigone Lune/Vénus un temps froid et humide
Mercure :planète froide et sèche, favorise les vents et des temps dits capricieux…
Vénus :planète froide et humide, elle annonce une phase d’ondées et de temps doux
Mars :montée rapide des températures, temps chaud et sec
Jupiter :planète chaude et humide qui fait monter le thermomètre
Saturne :climat froid et sec
Uranus :Temps instable, qui peut aller du chaud ou froid assez rapidement
Neptune :Douceur et humidité
Pluton :associé parfois aux violents orages et aux ouragans …


Les vents ne sont pas à négliger
- Le vent d’est : le feu => Chaud et sec
- Le vent d’ouest : l’eau => froid et humide
- Le vent du sud : la terre => chaud et humide
- Le vent du nord : l'air => Froid et sec


L’astrologie pratique dans le chapitre 23 : l’astrologie Météorologique  Nicholas Campion  
C’est en cours de sociologie et d’ethnologie avec monsieur Erny à Strasbourg dans les années 1980 que j’ai appris cela grâce à sa grande connaissance des Dogons et des Maoris et à mes lectures, en particulier celles de
Marcel Griaule et de Rudolf Steiner.
La pleine Lune offre l’éclairage maximum, propice à la manifestation des expériences extérieures. C’est le moment où l’on peut voir « ce que cela donne » que ce soit le grapillon de l’année qui "dit" la récolte prochaine, lebourgeon de l’année qui dès la chute des feuilles en novembre se montre ou que ce soit le bourgeon au printemps, la fleur en mai , "la montre" qui est la grappe en formation dès Juin ; il est intéressant de s’y pencher aumoment de la pleine lune.


La lune descendante est toujours un moment d’intégration, de compréhension, de croissance intérieure vers la terre ou peut être même  vers nous même !  C’est un temps de récolte, puis vient un nouveau cycle.

La dernière lune descendante du cycle en vert de la vigne se situe en août, cette lune signale l’aoûtement qui transforme les brins nouveaux en brins brunâtres  dit « aoûtés », ce sont ces brins qui seront supprimés en grande partie durant la taille et les plus robustes constituerons la future charpente sur laquelle pousserons les nouveaux brins pour la récolte future.

Dans ce rythme, on distingue deux phases essentielles : pendant 15 jours la Lune est croissante (on parle de « Lune jeune » ou encore de « Lune tendre »), puis les 15 jours suivant la Lune est décroissante (on parle de « Lune vieille »).Ce rythme concerne en priorité les plantes riches en eau telles que dans le maraîchage et son action est plus marquée par temps humide. Les plantes appartiennent à l'une ou l'autre de ces catégories selon la partie de la plante utilisée : il convient alors de les semer et de les soigner préférentiellement aux dates feuille, fruit, fleur ou racine. Je vous donne un tableau succin : il vous suffit de rechercher sur Internet système Déméter pour avoir plus d’informations.

Type de plante

Forces en mouvement

Plantes fruits / graines

Feu

Plantes fleurs

Air

Plantes feuilles

Eau

Plantes racines

Terre

Au cours de son cycle mensuel, la Lune arrive à sa position la plus basse (au sud). À partir de là, elle devient ascendante et décrit dans le ciel un arc de cercle chaque jour plus grand et plus élevé : c'est le printemps lunaire. Durant cette période, la montée de sève est plus forte, les forces de croissance plus grandes dans les parties aériennes, il y a plus de vitalité. C’est une période favorable pour les semis, la pulvérisation, la récolte des légumes-feuille et des fruits (le matin), la récolte des parties aériennes des plantes.

Une fois parvenue au point le plus élevé de sa trajectoire mensuelle (nord),  la  Lune devient descendante : on parle d'automne lunaire. L'activité est plus intense en dessous de la surface du sol. C’est la période favorable pour la taille des arbres et des haies, la réalisation et l'apport de compost, l'application de fumure.  C’est aussi la période de plantation, repiquage, rempotage et la récolte des légumes-racines. Une situation d'apogée apporte une intensification des forces solaires et favorise l'élément Air / Lumière : il faut alors éviter la pulvérisation.

En respectant ce minimum d’attention à la terre nature, nous pouvons éviter beaucoup d’erreurs et produire plus sainement. Rudolph Steiner propose dans ses conférences  une interprétation de l'action de la Lune à ces moments précis au travers de l'influence sur la vigueur des plantes mais aussi des parasites.

Le rythme des nœuds lunaires est également important. Les nœuds (ou axe du dragon) correspondent au point de l'orbite de la Lune lorsqu'elle traverse l'écliptique de la Terre. La Lune coupe deux fois par mois l’elliptique, soit une fois en montant (nœud ascendant) et une fois en descendant (nœud descendant). Ces moments peuvent avoir une influence négative sur le monde vivant. Je ne rentre pas dans les détails, mais parfois il est déconseillé d'entreprendre des travaux  surtout ceux touchant le sol, les plantes, la récolte ou la transformation des produits agricoles durant les quelques heures qui encadrent les nœuds.

Mercure et Vénus  provoquent  des nœuds défavorables de 24 à 36 heures avant et 12 heures après. Les effets des nœuds sur Jupiter et Saturne peuvent durer jusqu'à trois jours.

Si vous êtes intéressés par mon travail vous pouvez me contacter par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 


LA VIGNE ET SES SYMBOLES

Propriété de l’homme, la  bouteille est le plus souvent ouverte par lui, offerte par lui. Le vin est distribué dans les verres aux invités, mais si vous buvez à la cave « entre hommes » seul UN verre passe de mains en mains pour goûter.
Dans la maison, la bouteille est  toujours offerte par l’homme, du moins en milieu vigneron traditionnel en Champagne (sans parler des grandes maisons de Champagne).


En pays viticole, si la femme doit servir du vin, c’est en l’absence de son mari (c’est ainsi que les Veuves en Champagne ont eu leur statut).
On ne doit pas boire à la bouteille, non seulement parce que le champagne mousse, et risque de faire une grande gerbée, mais parce que la bouteille est symboliquement la femme puisqu’elle est un contenant.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les nuits de gelées par exemple, l’homme se comporte comme un père avec sa vigne et mon mari n’est pas le seul à « sentir le froid » les nuits de printemps lorsque la future récolte qui n’est qu’un bourgeon «gèle  de  peur ! Ainsi, les après-midi d’été avec leurs orages violents et dévastateurs parfois, il n’est pas rare de voir nos hommes scruter et implorer le ciel ainsi que Saint Vincent afin qu’il protège les vignerons. Bien sûr, il en va du porte-monnaie, mais aussi du labeur d’une année et cela s’appelle l’honneur du travail d’un vigneron !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Dans toutes les régions, au moment des vendanges, il y a une sorte de gaieté remarquée uniquement à ce moment-là. Les vendangeurs et les vendangeuses se taquinent  dans un langage d’allusions équivoques, qui  en d’autres périodes en ferait  rougir la plupart d’entre nous.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Patricia Huckel Millet

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.