drapeau anglais

THE VINE GROWER

Luc is the grandson of Gabriel Boutet himself the grandson of the founder from the house Gabriel Boutet. The label is still on the bottle to honor all the Boutet who worked very hard during years into the vineyards and for the champagne!

Luc studied special course after accounting and law. As a child he enjoyed helping his father in the vineyard. After starting oenology at the famous viticole school in Avize, where he met Patricia in the same classroom, both of them learned vine pruning and wine making.

Luc takes part of the process making close to the nature and feel her proved to produce quality grapes who find their way into quality bottles of Champagne.

 

PRUNING

Pruning the vine stocks, is giving health into them . Luc does not prune to give the harvest yield, but to give the best benefit to each individual plant. He works together with his worker manned Franck I.To have good wood he cuts and prune right down into ground to have healthy new growth.

 

IN THE VINEYARDS

Before harvest he looks to see how many pips are brown. When he finds lots of them he makes analyze from sugar, acidity and pH. The most important thing to do to have a good wine and champagne is to grow healthy grapes. In our vineyards we try to distribute and restrict realization and especially nitrogen. It makes training the vines easier and gives better wine and further on more aromatic Champagne!

 

During Harvest

We invite you to join us, to visit our Vineyards and boutique

25 € with repas du vendangeur ( 3 hours at least) or 15 € without eating (1 h30)

This is a unique opportunity to participate in the process of picking the grapes, and taste the freshly pressed juice.

This tour is limited to 15 people to provide a personalized experience. It is possible to visit one of the more well known champagne houses by special appointment.

 

Important information about grape varieties and the harvesting process will be provided. We will open cellars and give you fresh juice to taste.

Superb paté croûte will accompany our Champagne Brut Grande reserve and a brioche made by the baker of Cumières will be served with our Champagne Rosé.

 

ALL THE YEAR ROUND

You will learn the history of champagne. The “terroir” containing 70 million year old chalk( cocco lithe) and the process of champagne growing in this region around Epernay.
In our boutique where you will have a tasting of 2 or 3 champagne blends you’ll learn the different characteristics of Chardonnay, Pinot Noir and Pinot Meunier.

 La vigne est considérée comme féminine du moins jusqu'à ce que les femmes soient de nouveau conscientes de la force qu'elle ont en travaillant la terre  GAÏA notre mère !

photo vigne sarments et inondation pat mars 2020

 

LA VIGNE ET SES SYMBOLES

Propriété de l’homme, la  bouteille est le plus souvent ouverte par lui, offerte par lui. Le vin est distribué dans les verres aux invités, mais si vous buvez à la cave « entre hommes » seul UN verre passe de mains en mains pour goûter.
Dans la maison, la bouteille est  toujours offerte par l’homme, du moins en milieu vigneron traditionnel en Champagne (sans parler des grandes maisons de Champagne).


En pays viticole, si la femme doit servir du vin, c’est en l’absence de son mari (c’est ainsi que les Veuves en Champagne ont eu leur statut).
On ne doit pas boire à la bouteille, non seulement parce que le champagne mousse, et risque de faire une grande gerbée, mais parce que la bouteille est symboliquement la femme puisqu’elle est un contenant.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les nuits de gelées par exemple, l’homme se comporte comme un père avec sa vigne et mon mari n’est pas le seul à « sentir le froid » les nuits de printemps lorsque la future récolte qui n’est qu’un bourgeon «gèle  de  peur ! Ainsi, les après-midi d’été avec leurs orages violents et dévastateurs parfois, il n’est pas rare de voir nos hommes scruter et implorer le ciel ainsi que Saint Vincent afin qu’il protège les vignerons. Bien sûr, il en va du porte-monnaie, mais aussi du labeur d’une année et cela s’appelle l’honneur du travail d’un vigneron !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Dans toutes les régions, au moment des vendanges, il y a une sorte de gaieté remarquée uniquement à ce moment-là. Les vendangeurs et les vendangeuses se taquinent  dans un langage d’allusions équivoques, qui  en d’autres périodes en ferait  rougir la plupart d’entre nous.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Patricia Huckel Millet

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cet article est également publié dans la page d'accueil BIODYNAMIE

PIQUETS  Photo vigne glacée 3 Photo vigne glacée 4

Des vignes des fils et des piquets
La vigne est encore plus riche en métaphores que je ne l’imaginais. Lorsque je la regarde au fil des saisons, j’y vois l’entrecroisement des fils et des lignes. Et cela dit, le rêve d’une origine légère, sans lourdeur…une vigne dont le raisin sort d’une terre blanche douce et légère, d’une terre de craie faite des fossiles de notre passé et que chantent les bulles du champagne, vin qui danse dans nos verres.
 
Ces entrecroisements de fils,  à perte de vue pour certaines parcelles, résonnent en moi comme une esquisse de relation de pied en pied -  de fil en fil-  de pied en fil, relation finement indiquée, mais vide de tout contenu, donc libre de tous les possibles.
 
 Les fils des vignes en hiver sous le froid givrant emprisonnent acier et bois,  reliant ainsi tous les éléments de la nature, la terre qui nourrit, l’air qui purifie, l’eau qui porte la vie à l’intérieur…le feu  présent par la chaleur intérieure emprisonnant la vie dans le bourgeon prêt à bondir hors de sa gangue au printemps prochain !
 
Peut-être, est-ce un fantasme féminin venant de quelqu’un qui connaît de par sa mémoire, le poids de l’origine réelle de la vie et de ses attachements, attachements que j’ai laissés dans mon Alsace natale pour vivre ici avec mon époux dans une région de passage, région où tous passent, y compris les rois et les moines au moyen âge et aujourd’hui de plus en plus de pèlerins sur la route de Compostelle,  Pèlerin que vous serez.
 

lesLES SAINTS DE GLACE

Les Cavaliers du Froid

sont beaucoup moins cléments pour le vigneron...           

11 mai : "Attention, le premier saint de glace, souvent tu en gardes la trace",

12 mai : "Saint Pancrace souvent apporte la glace",

13 mai : "Avant saint Servais point d'été, après saint Servais plus de gelée

           

Sous nos latitudes en Champagne, en avril et mai, les changements météorologiques sont importants. Les courants de l'Atlantique Nord dérivent du Gulf Stream et de l'Anticyclone des Açores jouent un grand rôle. Ces fronts froids apportent de l'air froid du nord. Si le ciel est dégagé sous l'influence de l'anticyclone, il se produit, la nuit une baisse des températures si le vent est faible et lorsque le ciel est dégagé.

Photo vigne glacée 1   Photo vigne glacée 2

  Champagne Gabriel Boutet reproduction interdite Photos collection  Patricia H MILLET

 

Les vendanges  de l'année 2018 ont été bonnes et belles mais de moindre quantité aux années précédentes.

Nous ferons cependant quelques très bonnes bouteilles de Millésime 2019 disponibles d'ici 5 ans avec nos magnifiques Pinots.

Les dates d'ouverture de la vendange ont été déterminées ce jour lors de l'Assemblée préparatoire des vendanges de l'Association Viticole Champenoise sont dès à présent disponibles et téléchargeables sur :

https://datesdevendanges.comitechampagne.fr

Elles sont transmises par l'Institut National de l'Origine et de la Qualité à Monsieur le Préfet de Région, pour arrêté.

La campagne 2019 a été jalonnée d’à-coups climatiques, les périodes fraiches et humides alternant avec des périodes chaudes et parfois caniculaires. Depuis l'éclosion des bourgeons, la nature et quelques ennemis de la vigne ont ponctionné une partie du potentiel de récolte initial.

Les vignerons se sont battus durant toute la campagne pour préserver ce potentiel agronomique qui est aujourd’hui proche en moyenne du rendement disponible en appellation.  

 Le ban des vendanges proposé traduit une ambition qualitative collective qu’il s’agit désormais de décliner à l’échelle individuelle. Chacun est donc invité à poursuivre les prélèvements et contrôles de maturité dans ses parcelles afin de définir son top départ idéal, son circuit de cueillette, ainsi que l’étalement de sa vendange, guidé normalement par les écarts de maturité observés entre les parcelles de l’exploitation. Puis à sélectionner les meilleures grappes.

Document du Comité Champagne Septembre 2019

vendanges

 ORAGE DE GRELE MAI 2018

 Calotte de grêle 9h après qu'un orage de grêle se soit abattu sur notre vignoble  

A la vigne que nous appelons LA GUINGUETTE

 grele calotte 9h après mai 2018

 

Obstinément la terre tourne autour du soleil. Et lorsque l’hiver touche la terre, la nature se cache et protège son germe en attendant le retour du feu des rayons de l’astre solaire.

photo vigne taille     photo vigne qui pleure

L'hiver, c’est le repos de la terre et de la vigne. Le vigneron taille dans les matins brumeux et humides afin rendre à la végétation sa force. Nous aussi nous avons parfois besoin de laisser ce qui est trop vieux derrière nous (d’arrachement en arrachement je rajeuni disait René GIRARD. Cet arrachement nous permet de nous régénérer de l’intérieur afin de pouvoir retrouver vitalité et élan. Telle est la vie et c’est avec ces pensées que je vous présente nos bons vœux pour 2020.

Les 4 bougies de la couronne de l’Avent se sont éteintes et les épines de nos sapins jonchent misérablement le sol de nos demeures.

Nous avons dépassé de quelques jours le solstice d’hiver. Juste après celui-ci, qui a marqué l’ouverture de période de festivités plus ou moins longue chacun c’est remis à son travail après avoir profité de la douceur des jours de fêtes auprès des siens pour les plus chanceux.

On comprend mieux pourquoi ces fêtes de fin d’année sont si importantes lorsqu’on sait que nos ancêtres vivaient selon le rythme des saisons du cycle de la terre de la durée du jour.En effet, l’arrivée du solstice indiquait la naissance d’un nouveau cycle solaire, des plus longs et l’arrivée des jours plus ensoleillés. A la date où je vous écris, la lumière a déjà progressée d’un saut de puce par jour depuis le 27 décembre.

Les peuples celtes, germaniques et nordiques et tous les anglo saxons baptisèrent le solstice d’hiver le jour le plus court de l’année « Yule ». Ce terme signifie : roue.Les celtes voyaient le temps comme un cercle sans fin et non comme quelque chose de linéaire.

Au 4ème siècle, dans le Rome antique, les Saturnales duraient 7 jours entiers du 17 au 24 décembre, c'est-à-dire autour du solstice d’hiver. C’était une grande fête agricole en l’honneur du soleil invaincu .Les Perses et l’Iran rendent hommage à Mithra divinité zoroastrienne fêtant le feu du soleil.

Ces fêtes préislamiques ont survécues jusqu’à nous. Le christianisme les a profondément transformées, mais le symbole reste le même.Toutes les traditions sont d’acord sur une chose, le solstice d’hiver est un jour spécial. Avez-vous remarqué que nous avons déjà gagné chaque jour un peu de lumière ?

                 vigne en hiver 2

Le vigneron, grâce à son amour pour la vigne taille, et comme il la connaît, il l’aime et il sait ce qui lui convient. La vigne semble aimer son vigneron, disons- le ! Grâce aux connaissances et à l’amour du vigneron la fécondité de la vigne sera accrue. Le sait-elle ? Le vigneron, taille, coupe. C’est un geste parfois douloureux et réducteur pour le moment (comme la circoncision,  c’est un peu pour rentrer des trucs dans la tête des mecs,  dit mon grand ami théologien).

Mais le vigneron sait qu’en taillant sa vigne elle le lui rendra et produira davantage encore- et-  son fruit sera de meilleure qualité. Le vigneron aime ça vigne mais je crois que c’est aussi parce qu’elle lui a coûté beaucoup de sueur les années précédentes. Il attend d'elle qu’elle lui rapportera le fruit de son travail et qil a souvent une relation presque exclusive avec elle,  même si c’est un métier très dur.

Les sarments ne peuvent vivre et porter des fruits  qu’à condition d’être unis au cep afin de recevoir la sève provenant des racines. « Demeurez en moi, comme moi en vous, de même que le sarment ne peut porter de fruit par lu même s’il en demeure en la vigne, aussi vous non plus si vous ne demandez pas en moi »  Métaphore biblique..

Les sarments stériles sont ôtés et ceux qui portent du fruit sont rabattus…c’est comme un arrachement,  en tout cas pour moi. Mais cette taille purifie. 

Que la vigne soit belle !

Elle portera beaucoup de fruits et de grandes qualité….c’est la gloire du vigneron et l’intérêt de la vigne, sa joie !

D’ailleurs la vigne pleure vers les fêtes de Päques au printemps lorsqu' la sève remonte  et je m’enduis le visage pour tirer les bénéficies de cette terre qui me porte.

La sève circule dans la vigne, il faut comprendre que c’est la même vie qui circule dans le monde et qui vivifie, symbole de la vie qui anime l’homme.  Quand l’homme ne prend pas soin correctement de son corps et de son esprit la vitalité s’amenuise et la qualité de vie décroit, l’homme perd ses perspectives et ses repères. Il se trouve alors privé de sécurité et la panique s’empare de lui stressant son organisme…Pour la vigne il en va de même

 photo saint vincent 2 Saint vincent Charles

Le vigneron prie au moins deux fois par an, à la Saint Vincent qui est son patron afin qu’il lui donne une bonne et belle vendange et l’autre fois c’est quand il gèle. En champagne il n’y a pas de fête religieuse des récoltes , c’est le cochelet qui fait office de fête, mais bacchique celle-ci.

En janvier on porte le vin  pour les Messes à l’Eglise, en offrande pour l’année. Chaque année un autre vigneron a cet honneur.

Moi j’aime la vigne, parce qu’elle est belle, d’un tendre vert duveteux au printemps, un océan de feuilles généreuses en été- et-  des couleurs chatoyantes à l’automne, toutes ces couleurs me réjouissent.

En hiver je suis triste, c’est un cimetière de piquets à perte de vue. Cela me rappelle mes morts et  tous mes morts passés de l'aute côté ! En quelque sorte je médite sur la vanité des choses durant quelques mois ! 

photo champagne très belles bulles photo verres au soleilphoto champagne verre qui pétille

Que savons nous de la bulle de Champagne ?

Avec son équipe Effervescence Champagne de l’université de Reims, le professeur Gérard-Liger Belair nous invite à suivre l’odyssée d’une bulle de Champagne.

FRhttps://youtu.be/sc15nImdwUY

Pour plus d’information suivez ce lien

https://www.lunion.fr/art/3198/article/2016-11-29/photos-video-gerard-liger-belair-decrypte-l-odyssee-de-la-bulle-de-champagne

EN how to serve Champagne

 FOLLOW THE LINK above  TO SEE HOW CHAMPAGNE BUBBLES ARE BORN IN THE FLUTE DE CHAMPAGNE. 1 000 000 bubbles in your glas !  

AL Kunden von heute wollen verstehen, was einen guten Champagner ausmacht

       

Quand que quand on sert le champagne de la bouteille vers le verre, il y a beaucoup de turbulences dommageables pour le champagne. Le gaz carbonique dissous se dissipe, ce phénomène à l’origine de la formation de la bulle. Raison pour laquelle il vaut mieux pencher le verre. De cette façon, on peut gagner 150 000 bulles en plus, soit 10 minutes d’effervescence supplémentaires.

Il faut faire très attention à bien traiter le Champagne quand on le verse et surtout il faut veiller à ce que le verre puisse permettre au gaz dans la bouteille d’attraper des impuretés dans le verre afin que des bulles puissent se former sur la surface du verre. Ces bulles remonteront langoureusement puis rapidement en grossissant vers la surface du disque pour former une belle corole pétillante.

Avant de déguster, n’oubliez pas de regarder et de humer le Champagne puis prenez une grande lampée et claquez la langue contre votre palais, vous aurez ainsi les arômes secondaires dits de tête, et pourrez découvrir une large gamme d’arômes.

photo toile darraignée hiver  photos vignes cumieres les culées

Aux premiers froids, quand les gelées blanches fixent le dessin des toiles d’araignée sur le fil des vignes, quand les feuilles mortes font un chemin bruissant sous les pas, on entend un jour dans l’air léger du matin un croassement doux et lointain qui vient d’on ne sait où et qui grandit, se précise jusqu’à ce que l’on découvre à l’horizon une ligne onduleuse : les grues !

Elles arrivent du fond du ciel, par-delà la crête dentelée des arbres et glissent au dessus de nous pour aller se reposer sur le Lac du Der en Champagne avant de refaire route encore plus vers le Sud. Parfois leur ligne se brise, se reforme, serpente, tantôt accrochée aux nues comme la queue d’un fantastique cerf-volant, tantôt brisées en un chapelet qui s’égrène. Elles grandissent, soudent leur ligne en un triangle dont la pointe s’enfonce dans la brume; parfois, l’une d’elles se détache et vient prendre la tête ; elles sont maintenant droit au-dessus du village, on distingue leurs cous tendus et l’imperceptible battement de leurs ailes est émouvant. La ligne ondule et glisse encore. Le croassement n’est plus qu’un murmure et que l’on croit entendre encore quand les voyageuses ont disparu vers le sud.

C’est la veille de l’hiver. On sème les blés. Le vigneron commence à tailler ses pieds de vignes. Il arrête sa tâche et lève la tête vers les oiseaux qui passent. Le vigneron, dont toute la vie s’est usée entre caves et vignes s’étonne de ces vagabondes qui vont par-dessus les clochers, par-dessus les pays, le cou tendu vers des lointains insoupçonnés. La main posée sur un piquet de tête en bout de vigne, le vigneron suit leur vol qui s’enfonce dans l’horizon, puis il les perd de vue. Son regard reste fixé vers ce tout petit croassement qui s’efface dans un souffle du vent. Il revient au travail dans sa route de vigne, ébloui d’avoir un instant franchit avec les voyageuses la borne de l’horizon.

                 

 lac du Der aigrette2 dec 2019 Charles MILLET Lac du Der Canard colvert 2 DEC.2019 Charles MILLET

J’ai choisi ce texte « Une enfance » de Jules MAROUZEAU  publié aux Editions colin- Bourrelier, Il est le contemporain de Gabriel Boutet. MAROUEZAU est né dans la Creuse en 1878 mort en 1964 (Gabriel Boutet est né en 1897). Jules MAROUZEAU  a vécu la tragédie des deux guerres, face à face avec la mort sur les fronts de la Champagne. Il fut agrégé de lettres en 1907 et professeur à la Sorbonne.

Je me suis librement inspiré de quelques unes de ces lignes, en hommage aux ancêtres de la famille Boutet. Comme ceux de Jules MAROUZEAU, les aïeux de Luc sont creusois. Dans ses textes Jules MAROUZEAU rappelle assez longuement que son père avait fait à pied le trajet de Paris pour mener la vie des maçons émigrants, qui s’expatriaient pour une meilleure vie en gagnant celle-ci grâce à leur savoir faire de maçons et de tailleurs de pierres. Il en fut de même pour les fondateurs de la maison Boutet qui après avoir aidé à construire les caves de l’Avenue de Champagne à Epernay, s’établirent à Cumières et à Chouilly.

Lac du Der etiage dautomne 2 Charels Millet 12.2019

Pour ceux qui ne connaissent pas le Lac du Der Charles MILLET vous en raconte l’histoire 

Trois villages engloutis pour sauver Paris des eaux !

 

Ce plan d’eau de 48 km2 (à son remplissage maximal) est devenu un lieu de tourisme populaire pour tout l’Est de la France et au-delà, et un havre providentiel pour quantité d’espèces animales. Les soixante mille grues cendrées qui fréquentent le lac chaque année.

Suite aux importantes crues de la Seine à Paris en 1910 et 1924, l’État décida de désengorger le fleuve et ses affluents. Ainsi, en 1938, fut construit un premier lac-réservoir à Champaubert-aux-Bois de 450 ha. Cette partie du lac est aujourd’hui appelée le Vieux Der. Entre 1952 et 1974, l’Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine qui gère aujourd’hui le lac, projeta puis mit en place la création d’un immense lac-réservoir.

La réalisation du lac du Der, sur la Marne, a entraîné l’engloutissement de trois villages du bocage champenois. Leurs habitants (environ trois cents) ont résisté en vain à la marche implacable de l’administration. En huit ans, ils ont été indemnisés et évacués ; puis on a rasé et incendié les bâtiments.

Construit depuis 1967, 89 digues retiennent l’eau et la  confine.  Le fond du lac est constituté d’argiles  en assure une impérméablité. Le lac du Der-Chantecoq est inauguré 3 janvier 1974 suivit de la mise en eau du lac  par le ministre de l’équipement de l’époque, Robert Galley. On n’a jamais retrouvé depuis le lac les inondations d’avant dans la vallée de la Marne et Paris.

Pour la réalisation du plan d’eau, il fallut détruire des hectares de forêt, des fermes, des étangs et trois villages. Augustin Moïse le maire du village s’est battu durant 25 ans contre le projet. Quand le préfet est arrivé dans le village il lui dit à la fin de la réunion : « Si je peux me permettre monsieur le prefet, si les parisiens sont assez cons pour contruire des maisons dans le lit majeur de la rivière où ça innonde réglièrement, c’est bien fait pour leurs gueules ». Il dira aussi « il n’y a pas de catastrophes naturelles il n’y a que la bêtise humaine. Il faut apprendre à vivre avec la nature et pas contre celle-ci. En montagne on ne construit pas un chalet dans un couloir d’avalanche » Depuis ces dires, 15 000 hectares de batiments on été constuits dans le lit majeur de la rivère.

Un village Musée.

Jules Rosier paysan et Augustin Moïse maire de Nuisement furent les porterurs de ce projet. Dans le site on découvre une immense maquette de bâtiments à pans de bois faite par Jules Rosier le paysan amoureux de son village. Tout y est représenté de façon réaliste à l’échelle 1/30e

Créé en 1999 par la volonté des anciens du village, le musée du pays du Der a été voulu pour conserver la mémoire et la vie traditionnelle des trois villages disparus. Le Village Musée du Der retrace les étapes de la construction du Lac du Der.

La mairie-école, l’église et son cimetière, la maison du forgeron ainsi qu’un pigeonnier de Nuisement-aux-Bois, ont, quant à eux, été reconstruits au Village Musée du Der à Sainte-Marie-du-Lac-Nuisement.

Vous pourrez y découvrir l'histoire poignante des trois villages détruits, la vie et les métiers d'autrefois.

Le musée se compose de plusieurs bâtiments à pans de bois, chacun abritant un thème différent comme par exemple,  des ateliers de vannerie de branches de tilleul pour tresser des paniers…cette technique ancestrale a été perdue.

Une bonne partie des villages engloutis est à 4 m à peine quand le lac est au niveau maximum. De nos jours, beaucoup de ruines sont toujours visibles plusieurs mois dans l année à marée basse, lorsque l'étiage est au plus bas en automne avant les pluies d'hiver. Il ne reste des trois communes englouties que l’église de Champaubert, aujourd’hui sur la presqu’île de Champaubert où, majestueusement elle se mire dans l'eau du lac comme si elle voulait saluer les villages disparus à jamais. La pire épreuve des habitants a été de voir les tombes ouvertes et les cercueils des defunts déterrés. Les restes ont été transférés dans le nouveau cimetière où enfin ils reposeront pour l'Eternité.

Dans ce village on fabriquait des poutres de chêne et on les transportait jusqu’à Paris.

Pour avoir toujours des poutres sous la main, on stockait dans l’eau le chêne fendu par les scieurs aux longues scies qui tranchaient directement le long du tronc. Le Chêne est l'arbre des forêts du Der. Le mot "Der" signifie Chêne chez les Celtes. Cet arbre est le symbole du Der. Il fut longtemps amené à Paris par la Rivière Marne, comme un radeau. On raconte que les poutres de la charpente de Notre Dame de Paris viendraient de cette forêt du Der abattue par" les scieurs de long". Lorsque ces hommes revenaint de Paris où ils vendaient le bois, ils accorchaient après la brague, longue perche pour se guider dans la rivière, un grand tissu rempli de vivres. Aujourd ‘hui encore on appelle les habitants de Saint-Dizier, les BRAGUARDS, ceci parce que les habitants du bocage ont été relogés dans des maisons et immeubles à Saint-Dizier.

La mare jadis, était  très importante , elle permettait d’y puiser l’eau pour éteindre les fréquents incendies. Un autre point important est l’agencement des maisons entre elles : on construit 2 maisons puis un espace,  le tout est configuré en quincone et comme la terre est argileuse on y creuse un trou au mileu,, la pluie en fait une mare qui servira à éteindre les feux si besoin. Lorsqu’une maison brulait, les habitants s’entr’aidaient et en 1 semaine la maison était reconstruite avec les poutres que l’on grattaient,  le torchis servait de ciment et d’isolant.

Un potager de légumes anciens et des jardins viennent compéter la visite : le jardin des insectes, hôtes particulièrement précieux pour les jardiniers. Des aménagements adaptés, des fleurs spécifiques et un endroit propice (prairie fleurie, mare et compost à proximité) en font un lieu conçu pour favoriser la reproduction des insectes.

Dans le village on racontait qu’une guérisseuse, l’arrière grand-mère Henriette du maire monsieur Moïse, savait soigner les coliques des nourissons grâce à sa connaissance des vertues thérapeutiques de la rhubarbe. Mais devenue veuve elle cherche un autre gain plus lucratif. Henriette alla donc chercher des sangsues sauvages dans les mares et les revendait aux hopitaux militaires de VITRY LE FRANCOIS (une somme équivalente aujourd’hui à 300€).Mais un jour, suite à de fortes précipitations les mares sont si remplies qu’elle ne peut plus chercher les sangsues. Par « hasard » un feu se déclenche et les habitants pour éteindre le feu puisent dans les mares ce qui descend le niveau de cette dernière, et Henriette peut de nouveau chercher ses sangsues. Mais la pluie redouble et un nouveau feu se déclare dans une dépendance. Cela parait suspect car aucune raison ne permet d’affirmer l’accident ; donc cela semble criminel. Les habitants décident de surveiller les maisons et vont surprendre Henriette... et ce sera sa fin.

Le château d’eau avec une vue imparable est sans aucun doute le meilleur point de vue sur le lac du Der ! Il faut monter quelques marches mais le jeu en vaut la chandelle. Une vue à 360° sur le lac et le bocage vous regalera. Pour vous heberger consultez le Harras des Etalons, vous y serez très bien logés.

 

                            TRAVAUX A REALISER DANS LES VIGNES APRES LES VENDANGES

 

Alors que la cueillette des raisins était encore en cours dans de nombreuses communes, on a vu, le 14 septembre dernier, dans un village proche d’Epernay, les premiers ouvriers attaquant la prétailledes vignes. Même si, espérons-le, ces vignes prétaillées en septembre ne seront probablement pas taillées en octobre, cette pratique intervient trop tôt et va à contretemps par rapport au bon sens que nous enseigne le fonctionnement de Dame Nature…

 

Que se passe-t-il actuellement dans la vigne et dans les sols ?

Le feuillage est encore actif dans la majorité des parcelles. La photosynthèse fonctionne mais il n’y a plus de raisin pour attirer le sucre produit. Celui-ci migrera donc pour être stocké sous forme d’amidon dans les organes de réserve. La vigne profite également des bonnes conditions de minéralisation actuelle pour produire un système racinaire temporaire lui permettant d’assimiler une dernière dose d’azote qui servira à son développement au début de la campagne 2018.

 

C’est ce qu’indique le graphique suivant, provenant des travaux de Jean-Pascal GOUTOULY

(INRA Bordeaux-ISVV) dont nous nous sommes déjà fréquemment inspiré (https://vignevinsudouest.

com/publications/itv-colloque/documents/COLLOQUE-azote.pdf).

 

Figure 2 : Dynamique de la teneur en azote des différents compartiments

d’un cep de vigne au cours de deux millésimes (Schreiner et al, 2006).

 

 

 

Il y a donc, surtout, pour les vignes « faibles » en 2017, une opportunité de nutrition automnale permettant de restaurer plus rapidement leur vigueur au cours de la prochaine campagne. Ce qui est écrit dans les lignes suivantes concerne donc plus généralement les vignes ayant produit en quantité modérée des raisins peu touchés par la pourriture.

Dans ces cas-là, il est souhaitable de détruire mécaniquement l’herbe dès que possible après

vendange pour que l’azote disponible soit exclusivement absorbé par la vigne. Il peut aussi être judicieux, en cas de suspicion de tassement, de réaliser un passage de coutre avant l’hiver pour permettre au froid d’améliorer la structure souterraine et augmenter la profondeur de l’horizon colonisable par les racines au printemps.

 

D’ailleurs, l’observation des vignes à la chute des feuilles sera un indicateur complémentaire précieux pour identifier ces zones où l’enracinement a été insuffisant en 2017, confirmant d’ailleurs souvent les zones où la chlorose était la plus marquée.

 

Informations relayées par le CIVC

 


vendanges 2017 Chez nous samedi 2 septembre

 

 

 

 

 

POUR CONSULTER LES DATES DES VENDANGES PAR VILLAGE ET PAR CEPAGE CLIQUEZ ICI

CHAMPAGNE BOUTIQUE – TASTING - SABRAGE - BIODIVERSITE*

REST - PLACE ON A PLOT IN OUR WINEYARD* – TOUR ON BUS* & TUK- TUK*

* ON RESEVATION ONLY

 

 

 

 

 


AVANT LA VENDANGES FIN AOUT 2017

 

Les vendanges se préparent… Pour le moment au 25 Aout ,  il  faut distinguerle comportement du chardonnay, toujours en dynamique soutenue (+1,3 % vol.), des cépages noirs légèrement en retrait.

Ce phénomène s’explique par des cumuls de pluies plus importants dans des secteurs où meuniers et pinots sont majoritaires et par une différence importante du poids des grappes entre le chardonnay et les cépages noirs.

Faisons le point sur l’avant vendange

 

 

 

  • Les prélèvements

Nous effectuons  avec d’autres vignerons des  prélèvements  effectués sur de nombreuses parcelles

(soit 2 kg de grains) deux fois par semaine. Ces moments d’échanges sont très riches et constructifs entre vignerons. Ils permettent de partager les ressentis, les interrogations et divers sujets techniques.

264 parcelles sur 584 ont été prélevées ce lundi 14 août. A juste titre, car les degrés sont déjà élevés.

L’année semblait  précoce. Après des mois de mai et juin très chauds et secs, juillet et août nous apparaissent moroses. Pourtant les températures de juillet restent au-dessus des normales de saison (+ 0,7°c), alors que la pluviométrie est excédentaire de 20 % à l’échelle de la Champagne. La répartition de l’eau est par contre très inégale (cf. cartographie pluie juillet 2017 que j’ai mis en pièce jointe).

Localement, des épisodes de grêle ont altéré l’intégrité des grappes. Le premier épisode s’est déroulé dans la nuit du 31 juillet au 1er août. Un front orageux arrivé du sud-ouest a traversé la Champagne et provoqué de forts cumuls de pluie. Au sein de ce front orageux, deux cellules d’intensités variables ont engendré des averses de grêle.

La première a touché la Marne et a suivi une trajectoire Sud-Ouest/Nord-Est,. La grêle est spatialement très variable, les dégâts observés sont très hétérogènes. D’autres paramètres influencent également l’intensité des dégâts sur grappes : l’orientation des rangs, l’expression végétative et l’intensité du rognage. Un second épisode s’est déroulé en fin d’après-midi le 15 août sur tout dans le sud du département. Les cumuls d’eau enregistrés sont localement supérieurs à 50 mm. Les pluies ont engendré ravinement, coulées de boue et inondations. Ces pluies ont été accompagnées de grêles. Les dégâts sont localement sévères. Ils sont en cours d’évaluation.

 

 

 

  • Le taux de véraison*

*La phase de maturation n’atteint pas encore 50 %. Contrairement à 2016, les écarts de maturité entre cépages sont faibles. Avec un échantillon de parcelles réduit, la dynamique de maturation semble cependant plutôt bonne. Les chardonnays, traditionnellement en retard sur les cépages noirs en début de maturation, ont fleuri les premiers et ont déjà pris un peu d’avance. Ils ont actuellement entamé leur phase d’accélération avec une progression hebdomadaire de 1,8 %, vol. Les autres cépages ne sont pas en reste. Le pinot progresse de 1,5 % vol. sur une semaine et le meunier de 1,4 % vol.

Avec une acidité élevée, une maturité physiologique encore loin d’être acquise et un degré conséquent, 2017 est une année avec un potentiel de maturation élevé. Si les conditions sanitaires sont favorables, les raisins doivent exprimer pleinement leur potentiel et la vendange ne devra pas être précipitée.

infos du civc

 

 

 

promesse de fruit et de fête
 

 Au matin nous nous lèverons pour aller dans les vignobles.

Nous verrrons si la vigne bourgeonne, si les fleurs annoncent les fruits.

Cantique des cantiques 7,12 a

 

fleur de vigne 3

fleur de vigne 1 fleur de vigne 2

 

 

 

 

Après deux épisodes de froid du mois de mai, le dernier allant jusqu’à -9°C alors que la végétation avait déjà bien démarrée nous vous donnons un bilan, à l’échelle de la Champagne. Le pourcentage avoisinera certainement 35% de bourgeons détruits avec de très grandes variabilités entre secteurs et au sein de chaque commune allant de 40 à 80 % pour les vignes touchées.

Il y a eu le cumul de 2 phénomènes : gelée blanche de fond de vallée (Vallée de Marne) ou bas de

Coteau (Côte des Blancs) mais aussi gelée noire avec un courant d’air froid venant du nord-est et se bloquant contre les reliefs (Nord de la Montagne de Reims) où les vignes sont aujourd’hui noires et sans repousses fertiles.

Les secteurs les plus épargnés sont, le Vitryat, le Sézannais, la région de Congy et le secteur Bouzy-Ambonnay le long duquel le courant froid est passé sans s’arrêter.