frendeitptrues

Les Cavaliers du froid ou LES SAINTS DE GLACE

Le 11 mai, "Attention, le premier saint de glace, souvent tu en gardes la trace",
le 12 mai, "Saint Pancrace souvent apporte la glace"
le 13 mai, "Avant saint Servais point d'été, après saint Servais plus de gelée
Faisant suite aux premiers Chevaliers, les plus connus, suivent Saint-Boniface (14 mai)
et Saint-Urbain (25 mai).

Sous nos latitudes en Europe, en avril et mai, les changements météorologiques sont importants.

Les courants de l'Atlantique Nord dérivent du Gulf Stream et de l'Anticyclone des Açores jouent

un grand rôle. Ces front froids apportent de l'air froid du nord. Si le ciel est dégagé sous

l'influence de l'anticyclone, il se produit, la nuit une baisse des températures si le vent est faible

et lorsque le ciel est dégagé.

Photo vigne glacée 1   Photo vigne glacée 2

  Champagne Gabriel Boutet reproduction interdite Photos collection  Patricia H MILLET

 

PIQUETS 


 

Des vignes des fils et des piquets
La vigne est encore plus riche en métaphores que je ne l’imaginais. Lorsque je la regarde au fil des saisons, j’y vois l’entrecroisement des fils et des lignes. Et cela dit, le rêve d’une origine légère, sans lourdeur…une vigne dont le raisin sort d’une terre blanche douce et légère, d’une terre de craie faite des fossiles de notre passé et que chantent les bulles du champagne, vin qui danse dans nos verres.
 
Ces entrecroisements de fils,  à perte de vue pour certaines parcelles, résonnent en moi comme une esquisse de relation de pied en pied -  de fil en fil-  de pied en fil, relation finement indiquée, mais vide de tout contenu, donc libre de tous les possibles.
 
 Les fils des vignes en hiver sous le froid givrant emprisonnent acier et bois,  reliant ainsi tous les éléments de la nature, la terre qui nourrit, l’air qui purifie, l’eau qui porte la vie à l’intérieur…le feu  présent par la chaleur intérieure emprisonnant la vie dans le bourgeon prêt à bondir hors de sa gangue au printemps prochain !
 
Peut-être, est-ce un fantasme féminin venant de quelqu’un qui connaît de par sa mémoire, le poids de l’origine réelle de la vie et de ses attachements, attachements que j’ai laissés dans mon Alsace natale pour vivre ici avec mon époux dans une région de passage, région où tous passent, y compris les rois et les moines au moyen âge et aujourd’hui de plus en plus de pèlerins sur la route de Compostelle,  Pèlerin que vous serez.
Photo vigne glacée 4  Photo vigne glacée 3

 

Les campagne  sont  jalonnées d’à-coups climatiques, les périodes fraiches et humides alternant avec des périodes chaudes et parfois caniculaires, des coups de gel, de grêle ou d'attaques des prédateurs et des maladies.

 

Depuis l'éclosion des bourgeons, la nature et quelques ennemis de la vigne ont ponctionné une partie du potentiel de récolte initial.

Nous avons subit cette année de lourdes pertes dûes aux chenilles qui ont gobées les bourgeons en printemps, puis nous avons eu le gel, la grêl et les pluies incessantes ce qui réduit notre potentiel de l'année et anéantie nos efforts d'une année de travail.

grele calotte 9h après mai 2018

 

LES RAVAGEURS DE LA VIGNE : Les noctuelles

 

3 Études entre 1894 et 2021

 

Texte issu de Les Ennemis de la vigne et les moyens de les combattre

Bibliothèque des Connaissances Utiles   Auteur : Elie Dussuc

Éditeur : JB Baillière et Fils Paris

Année 1894.

Description et mœurs

Les noctuelles sont de grands papillons nocturnes dont les chenilles, bien connues de nos vignerons sous le nom de « Vers gris », occasionnent parfois beaucoup de dégâts aux vignes.

 

D’après M Valery Mayet, l’espèce la plus nuisible est la noctuelle point d’exclamation, ainsi nommée parce que ses ailes supérieures présentent une tache noire en forme de coin à laquelle est adjoint un point à une certaine distance.

La chenille est de couleur plus ou moins grisâtre et elle atteint 4 à 5 centimètres de long lorsqu’elle est adulte.

 

Le papillon parait en Juillet,

Adresse du musée des poids  en Champagne en fin de page

 

 

Mesures de capacité 

Le litron : 0,79 litres

Le boisseau : dérivé de boisse, bas-latin bostia et gaulois bosta, « creux de la main ». C’était la mesure la plus utilisée pour les grains (blé, avoine, seigle) ou pour le sel, le charbon de terre et le charbon de bois.
Le boisseau de Paris : environ 16 litrons, soit 13 litres
Le boisseau de Bordeaux : 78,808 litres
Le boisseau de Saint-Brieuc : 33,86 litres

Le setier : 12 boisseaux, soit 152 litres. Voir aussi la chopine.

Le minot : diminutif de mine, du gréco-latin hemina, « mesure de 28 cl ».
Correspond à 6 boisseaux pour l’avoine et le charbon de terre
4 boisseaux pour le sel 3 boisseaux pour le blé 2 boisseaux pour le charbon de bois.

Le muid : (du latin modius, « mesure »). Elle correspond à 12 sétiers, soit 1 872 litres pour les matières sèches et à 2 feuillettes, soit 274 litres pour les matières liquides (le muid de Bourgogne = 268 litres.).

L’émine : 1/2 sétier, soit 78 litres.

La chopine ou sétier : (du latin sextarius, « sixième »). Elle valait 0,476 litre.

La pinte : 2 chopines, soit 0,9305 litre.

Le pot ou quade (cade) : 2 pintes, soit 1,861 litre (2,2648 litres à Bordeaux).

La velte : (du latin médiéval gualguita, « petite jauge ». elle correspond à 8 pintes, soit 7,62 litres.

Le quartaut : 9 veltes, soit 68,5 litres.

La feuillette : il s’agit d’un tonneau marqué d’une feuillure « entaille de jauge ». Elle correspond à 2 quartauts, soit 137 litres.

La mesure : en Alsace, elle valait 64 pintes de Paris.

La barrique : a Bordeaux, elle valait 32 veltes et environ 110 pots bordelais.

La pipe : à Paris, elle correspond à 1 muid et demi, soit 432 pintes. En Bretagne, elle sert de mesure de grains (40 boisseaux).

La ruche : en Normandie, cette mesure correspond à 25 pots. Le demeau est la moitié d’une ruche.

La queue : en Champagne, elle valait environ 266 litres (mais 396 litres à Reims).

Le scandal : de 12 à 20 litres en Provence, selon les localités. Elle servait pour l’huile.

La foudre : 4 muids, soit 1 072 litres.

Note : Les mesures de froment et de seigle sont « rases », mais celle d’avoine sont « combles », d’où une augmentation d’1/3. 

Tonneau champagne

 

 

 

Mesures de longueur 

Vous êtes sur une page multilingue qui vous dirigera vers la langue que vous choisirez

EIGENE UBERSETZUNG BITTE ZURÜK ZUR FRANZOSICHE VERSION

Sind finden hier die Link auf Eure Sprache -  Ich bitte Sie auf Ihren Wappen zu cliken sind finden in dem Erklärungen

OWN TRANSLATION PLEASE COME BACK TO THE FRENCH VERSION

Woul'll find here the Link to you language - Please follow your map to see the Champagne art of life.

drapeau allemanddrapeau anglais

 

S'attacher à comprendre et respecter le plus possible les lois de la nature dans la pratique agricole c'est un travail souvent intellectuel suivit de pratiques très règlementées.

Jadis l'agriculture pronée par Rudolf STEINER, père de la biodynamie, etait novatrice par le respect de la terre , mais surtout cette démarche rendait l'homme indépendant des firmes. Aujourd'hui même en agriculture écologique et biologique nous sommes contraints d'acheter les produits aux firmes qui ne peuvent plus écouler leurs produits chimiques... C'est une abérration qui nous est imposée parce que nous deovns  administrativement remplir une fiche pour chaque bidon de liquide que nous transportons !


Pour ceux qui voudraient lire les traités d'agriculture de Rudolf STEINER je vous copie le lien ci-dessous

Le cours aux agriculteurs de Rudolf Steiner à Koberwitz en 1924 (biodynamie-recherche.org)

 

Le label HVE Haute Valeur Environnementale et Durable vise une  viticulture saine et propre ce qui donne  à ce terroir  Champenois ce caractère de terroir rocheux de coccolithes sur lequel naissent les raisins d'une grande vérité muris sur une terre que le vigneron a choyé tout au long de la saison en Champagne.

 

Si on parle de bonne viticulture  de Champagne ou de viticulture durable ou à haute valeur environnementale et de vinification,  il est question de soigner avec parcimonie et de la façon la plus naturelle possible comme un bon médecin qui sait observer et soigner afin d' aider la vigne en à s' exprimer au mieux.

Ainsi il nait une sortie d'union entre le viticulteur et sa terre de Champagne et l'osmose entre les deux apporte à l'homme et à son milieu une bonne vibration et une plus  grand résistance naturelle.

 

Cela est possible grâce aux éléments et au magnétisme que la terre a libérée durant le cycle de l'année et qui apporte une  energie valorisée pour retourner à l'Univers. Nous sommes totalement immergés dans cette recherche "universelle" pour comprendre avec intuition après des d'années d'oservation et d' expérimentation ce dont la vigne et la terre ont besoin en Champagne.

 

Le Bio Contrôle n'est  pas un produit de traitement, c'est une façon de conduire la vigne et le sol en envoyant un isgnal répétitif à la plante, lui permettant de se défendre à l'apparition des maladies.

 La vigne est considérée comme féminine du moins jusqu'à ce que les femmes soient de nouveau conscientes de la force qu'elle ont en travaillant la terre  GAÏA notre mère !

photo vigne sarments et inondation pat mars 2020

 

LA VIGNE ET SES SYMBOLES

Propriété de l’homme, la  bouteille est le plus souvent ouverte par lui, offerte par lui. Le vin est distribué dans les verres aux invités, mais si vous buvez à la cave « entre hommes » seul UN verre passe de mains en mains pour goûter.
Dans la maison, la bouteille est  toujours offerte par l’homme, du moins en milieu vigneron traditionnel en Champagne (sans parler des grandes maisons de Champagne).


En pays viticole, si la femme doit servir du vin, c’est en l’absence de son mari (c’est ainsi que les Veuves en Champagne ont eu leur statut).
On ne doit pas boire à la bouteille, non seulement parce que le champagne mousse, et risque de faire une grande gerbée, mais parce que la bouteille est symboliquement la femme puisqu’elle est un contenant.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les nuits de gelées par exemple, l’homme se comporte comme un père avec sa vigne et mon mari n’est pas le seul à « sentir le froid » les nuits de printemps lorsque la future récolte qui n’est qu’un bourgeon «gèle  de  peur ! Ainsi, les après-midi d’été avec leurs orages violents et dévastateurs parfois, il n’est pas rare de voir nos hommes scruter et implorer le ciel ainsi que Saint Vincent afin qu’il protège les vignerons. Bien sûr, il en va du porte-monnaie, mais aussi du labeur d’une année et cela s’appelle l’honneur du travail d’un vigneron !

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Dans toutes les régions, au moment des vendanges, il y a une sorte de gaieté remarquée uniquement à ce moment-là. Les vendangeurs et les vendangeuses se taquinent  dans un langage d’allusions équivoques, qui  en d’autres périodes en ferait  rougir la plupart d’entre nous.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Patricia Huckel Millet

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cet article est également publié dans la page d'accueil BIODYNAMIE

  lien de l'article : https://www.cumieresenchampagne.com/historique/journal-d-un-vigneron/

 

Extraits du journal de TRIBAULT Prosper Alexandre, né à CUMIERES le 16 février 1851. La famille TRIBAULT est la branche des ancêtre maternels du grand père paternel de Luc MIllet .

 

NB : Ce registre est tenu avec une propreté parfaite et une remarquable calligraphie. L’auteur est un peu faché avec la ponctuation et les majuscules, mais les fautes d’orthographe son rares. Le verbe être est souvent confondu avec le verbe avoir, mais c’était très courant dans le parlé champenois.

 

An 1860 :

Le printemps a été assez beau. L’été n’a pas été favorable à la récolte par rapport à la pluie qui a pris dans les temps de la St Jean et qui a toujours continuée ca on n’a pu faire la moisson qu’avec grand peine qu’on avait commencé le 1er aout et qui n’a pas été fini avant le 15 novembre. Pour les vendanges, les raisins n’ont pas pu achever de murir par rapport aux gelées qui ont prises le 4 d’octobre, la neige et la pluie ne cessaient pas de tomber. Enfin, l’on a commencé la vendange du 4 au 10 d’octobre. Les vignes ont faites 8 à 9 pièces de vin l’arpent marchand et il y avait des raisins pour faire 15 à 18 pièces de vin l’arpent. Les vins avaient une bien petite qualité car depuis 1829, on n’a pas encore vu cela. On a vendu le vin blanc de 80 à 100 f et le rouge 60 à 70. Il y a aussi beaucoup de vin blanc et rouge que l’on n’a pas trouvé à vendre. L’hiver, les pluies et les neiges n’avaient pas encore cessées de tomber, si bien que la rivière a répandue sur la fin d’octobre et a toujours resté dans la prairie jusque dans les dernier temps de janvier et au commencement de février, elle a venue si haute qu’elle est venu presque jusqu’en haut du jard de Cumières où elle y vient rarement.

 

 

 HVE

Le label HVE Haute Valeur Environnementale et Durable vise une  viticulture saine et propre qui donne à la Champenois ce caractère de terroir rocheux de coccolithes sur lequel naissent les raisins d'une grande vérité muris sur une terre que le vigneron a choyé tout au long de la saison en Champagne.

Si on parle de bonne viticulture  de Champagne ou de viticulture durable ou à haute valeur environnementale et de vinification,  il est question de soigner avec parcimonie et de la façon la plus naturelle possible comme un bon médecin qui sait observer et soigner afin d' aider la vigne en à s' exprimer au mieux.

Ainsi il nait une sortie d'union entre le viticulteur et sa terre de Champagne et l'osmose entre les deux apporte à l'homme et à son milieu une bonne vibration et une plus  grand résistance naturelle.

Cela est possible grâce aux éléments et au magnétisme que la terre a libérée durant le cycle de l'année et qui apporte une  energie valorisée pour retourner à l'Univers. Nous sommes totalement immergés dans cette recherche "universelle" pour comprendre avec intuition après des d'années d'oservation et d' expérimentation ce dont la vigne et la terre ont besoin en Champagne.

 

le travail de la taille par le vigneron

 

Obstinément la terre tourne autour du soleil. Et lorsque l’hiver touche la terre, la nature se cache et protège son germe en attendant le retour du feu des rayons de l’astre solaire.

photo vigne taille     photo vigne qui pleure

L'hiver, c’est le repos de la terre et de la vigne. Le vigneron taille dans les matins brumeux et humides afin rendre à la végétation sa force. Nous aussi nous avons parfois besoin de laisser ce qui est trop vieux derrière nous (d’arrachement en arrachement je rajeuni disait René GIRARD. Cet arrachement nous permet de nous régénérer de l’intérieur afin de pouvoir retrouver vitalité et élan. T

 

Bientôt les 4 bougies de la couronne de l’Avent s'allumeront l'une après les l'autre et les épines de nos sapins embaumeront les pièces de nos demeures.

Puis quand les dernières pages du calendrier telle des feuilles mortes seront effeuillées, nous dépaseront de quelques jours le solstice d’hiver. Juste après celui-ci, qui a marqué l’ouverture de période de festivités plus ou moins longue chacun c’est remis à son travail après avoir profité de la douceur des jours de fêtes auprès des siens pour les plus chanceux.

On comprend mieux pourquoi ces fêtes de fin d’année sont si importantes lorsqu’on sait que nos ancêtres vivaient selon le rythme des saisons du cycle de la terre de la durée du jour.En effet, l’arrivée du solstice indiquait la naissance d’un nouveau cycle solaire, des plus longs et l’arrivée des jours plus ensoleillés. A la date où je vous écris, la lumière a déjà progressée d’un saut de puce par jour depuis le 27 décembre.

Les peuples celtes, germaniques et nordiques et tous les anglo saxons baptisèrent le solstice d’hiver le jour le plus court de l’année « Yule ». Ce terme signifie : roue.Les celtes voyaient le temps comme un cercle sans fin et non comme quelque chose de linéaire.

Au 4ème siècle, dans le Rome antique, les Saturnales duraient 7 jours entiers du 17 au 24 décembre, c'est-à-dire autour du solstice d’hiver. C’était une grande fête agricole en l’honneur du soleil invaincu .Les Perses et l’Iran rendent hommage à Mithra divinité zoroastrienne fêtant le feu du soleil.

Ces fêtes préislamiques ont survécues jusqu’à nous. Le christianisme les a profondément transformées, mais le symbole reste le même.Toutes les traditions sont d’acord sur une chose, le solstice d’hiver est un jour spécial.

 

Avez-vous remarqué que nous avons déjà gagné chaque jour un peu de lumière quand nous commencons la taille en Janvier ?

vigne en hiver 2      photo brouette à feu CUMIERES CHAMPAGNE GABRIEL BOUTET

Le vigneron, grâce à son amour pour la vigne taille, et comme il la connaît, il l’aime et il sait ce qui lui convient. La vigne semble aimer son vigneron, disons- le ! Grâce aux connaissances et à l’amour du vigneron la fécondité de la vigne sera accrue. Le sait-elle ? Le vigneron, taille, coupe. C’est un geste parfois douloureux et réducteur pour le moment (comme la circoncision,  c’est un peu pour rentrer des trucs dans la tête des mecs,  dit mon grand ami théologien).

Mais le vigneron sait qu’en taillant sa vigne elle le lui rendra et produira davantage encore- et-  son fruit sera de meilleure qualité. Le vigneron aime ça vigne mais je crois que c’est aussi parce qu’elle lui a coûté beaucoup de sueur les années précédentes. Il attend d'elle qu’elle lui rapportera le fruit de son travail et qil a souvent une relation presque exclusive avec elle,  même si c’est un métier très dur.

Les sarments ne peuvent vivre et porter des fruits  qu’à condition d’être unis au cep afin de recevoir la sève provenant des racines. « Demeurez en moi, comme moi en vous, de même que le sarment ne peut porter de fruit par lu même s’il en demeure en la vigne, aussi vous non plus si vous ne demandez pas en moi »  Métaphore biblique..

Les sarments stériles sont ôtés et ceux qui portent du fruit sont rabattus…c’est comme un arrachement,  en tout cas pour moi. Mais cette taille purifie.

 

Que la vigne soit belle !

Elle portera beaucoup de fruits et de grandes qualité….c’est la gloire du vigneron et l’intérêt de la vigne, sa joie !

D’ailleurs la vigne pleure vers les fêtes de Päques au printemps lorsqu' la sève remonte  et je m’enduis le visage pour tirer les bénéficies de cette terre qui me porte.

La sève circule dans la vigne, il faut comprendre que c’est la même vie qui circule dans le monde et qui vivifie, symbole de la vie qui anime l’homme.  Quand l’homme ne prend pas soin correctement de son corps et de son esprit la vitalité s’amenuise et la qualité de vie décroit, l’homme perd ses perspectives et ses repères. Il se trouve alors privé de sécurité et la panique s’empare de lui stressant son organisme…Pour la vigne il en va de même

 

 

LE VIGNERON FETE LA SAINT VINCENT ET LA NAISSANCE DE SON CHAMPAGNE DE L'ANNEE

 photo saint vincent 2    Saint vincent Charles

Le vigneron prie au moins deux fois par an, à la Saint Vincent qui est son patron afin qu’il lui donne une bonne et belle vendange et l’autre fois c’est quand il gèle. En champagne il n’y a pas de fête religieuse des récoltes , c’est le cochelet qui fait office de fête, mais bacchique celle-ci.

En janvier on porte le vin  pour les Messes à l’Eglise, en offrande pour l’année. Chaque année un autre vigneron a cet honneur.

Moi j’aime la vigne, parce qu’elle est belle, d’un tendre vert duveteux au printemps, un océan de feuilles généreuses en été- et-  des couleurs chatoyantes à l’automne, toutes ces couleurs me réjouissent.

En hiver je suis triste, c’est un cimetière de piquets à perte de vue. Cela me rappelle mes morts et  tous mes morts passés de l'aute côté ! En quelque sorte je médite sur la vanité des choses durant quelques mois ! 

photo verres au soleil

 

le vigneron explique son vin  de champagne avec les mots de gerard liger BELAIR

 Que savons nous de la bulle de Champagne ?

 

Avec son équipe Effervescence Champagne de l’université de Reims, le professeur Gérard-Liger Belair nous invite à suivre l’odyssée d’une bulle de Champagne.

FRhttps://youtu.be/sc15nImdwUY

Pour plus d’information suivez ce lien

https://www.lunion.fr/art/3198/article/2016-11-29/photos-video-gerard-liger-belair-decrypte-l-odyssee-de-la-bulle-de-champagne

EN how to serve Champagne

 FOLLOW THE LINK above  TO SEE HOW CHAMPAGNE BUBBLES ARE BORN IN THE FLUTE DE CHAMPAGNE. 1 000 000 bubbles in your glas !  

AL Kunden von heute wollen verstehen, was einen guten Champagner ausmacht

       

 photo champagne très belles bulles     photo champagne verre qui pétille

 

Quand que quand on sert le champagne de la bouteille vers le verre, il y a beaucoup de turbulences dommageables pour le champagne. Le gaz carbonique dissous se dissipe, ce phénomène à l’origine de la formation de la bulle. Raison pour laquelle il vaut mieux pencher le verre. De cette façon, on peut gagner 150 000 bulles en plus, soit 10 minutes d’effervescence supplémentaires.

Il faut faire très attention à bien traiter le Champagne quand on le verse et surtout il faut veiller à ce que le verre puisse permettre au gaz dans la bouteille d’attraper des impuretés dans le verre afin que des bulles puissent se former sur la surface du verre. Ces bulles remonteront langoureusement puis rapidement en grossissant vers la surface du disque pour former une belle corole pétillante.

Avant de déguster, n’oubliez pas de regarder et de humer le Champagne puis prenez une grande lampée et claquez la langue contre votre palais, vous aurez ainsi les arômes secondaires dits de tête, et pourrez découvrir une large gamme d’arômes.

 

carte aromes anglais

 

A LA DECOUVERTE DE L'imaginaire et du lac du der

Aux premiers froids, quand les gelées blanches fixent le dessin des toiles d’araignée sur le fil des vignes, quand les feuilles mortes font un chemin bruissant sous les pas, on entend un jour dans l’air léger du matin un croassement doux et lointain qui vient d’on ne sait où et qui grandit, se précise jusqu’à ce que l’on découvre à l’horizon une ligne onduleuse : les grues !

 

photo toile darraignée hiver  photos vignes cumieres les culées

 

Elles arrivent du fond du ciel, par-delà la crête dentelée des arbres et glissent au dessus de nous pour aller se reposer sur le Lac du Der en Champagne avant de refaire route encore plus vers le Sud. Parfois leur ligne se brise, se reforme, serpente, tantôt accrochée aux nues comme la queue d’un fantastique cerf-volant, tantôt brisées en un chapelet qui s’égrène. Elles grandissent, soudent leur ligne en un triangle dont la pointe s’enfonce dans la brume; parfois, l’une d’elles se détache et vient prendre la tête ; elles sont maintenant droit au-dessus du village, on distingue leurs cous tendus et l’imperceptible battement de leurs ailes est émouvant. La ligne ondule et glisse encore. Le croassement n’est plus qu’un murmure et que l’on croit entendre encore quand les voyageuses ont disparu vers le sud.

C’est la veille de l’hiver. On sème les blés. Le vigneron commence à tailler ses pieds de vignes. Il arrête sa tâche et lève la tête vers les oiseaux qui passent. Le vigneron, dont toute la vie s’est usée entre caves et vignes s’étonne de ces vagabondes qui vont par-dessus les clochers, par-dessus les pays, le cou tendu vers des lointains insoupçonnés. La main posée sur un piquet de tête en bout de vigne, le vigneron suit leur vol qui s’enfonce dans l’horizon, puis il les perd de vue. Son regard reste fixé vers ce tout petit croassement qui s’efface dans un souffle du vent. Il revient au travail dans sa route de vigne, ébloui d’avoir un instant franchit avec les voyageuses la borne de l’horizon.

                 

 lac du Der aigrette2 dec 2019 Charles MILLET    Lac du Der Canard colvert 2 DEC.2019 Charles MILLET

J’ai choisi ce texte « Une enfance » de Jules MAROUZEAU  publié aux Editions colin- Bourrelier, Il est le contemporain de Gabriel Boutet. MAROUEZAU est né dans la Creuse en 1878 mort en 1964 (Gabriel Boutet est né en 1897). Jules MAROUZEAU  a vécu la tragédie des deux guerres, face à face avec la mort sur les fronts de la Champagne. Il fut agrégé de lettres en 1907 et professeur à la Sorbonne.

Je me suis librement inspiré de quelques unes de ces lignes, en hommage aux ancêtres de la famille Boutet. Comme ceux de Jules MAROUZEAU, les aïeux de Luc sont creusois. Dans ses textes Jules MAROUZEAU rappelle assez longuement que son père avait fait à pied le trajet de Paris pour mener la vie des maçons émigrants, qui s’expatriaient pour une meilleure vie en gagnant celle-ci grâce à leur savoir faire de maçons et de tailleurs de pierres. Il en fut de même pour les fondateurs de la maison Boutet qui après avoir aidé à construire les caves de l’Avenue de Champagne à Epernay, s’établirent à Cumières et à Chouilly.

photo les grues à CUMIERES Merci à REGIS DEBAN

Pour ceux qui ne connaissent pas le Lac du Der Charles MILLET vous en raconte l’histoire 

Trois villages engloutis pour sauver Paris des eaux !

 

                            TRAVAUX A REALISER DANS LES VIGNES APRES LES VENDANGES

 

Alors que la cueillette des raisins était encore en cours dans de nombreuses communes, on a vu, le 14 septembre dernier, dans un village proche d’Epernay, les premiers ouvriers attaquant la prétailledes vignes. Même si, espérons-le, ces vignes prétaillées en septembre ne seront probablement pas taillées en octobre, cette pratique intervient trop tôt et va à contretemps par rapport au bon sens que nous enseigne le fonctionnement de Dame Nature…

 

Que se passe-t-il actuellement dans la vigne et dans les sols ?

Le feuillage est encore actif dans la majorité des parcelles. La photosynthèse fonctionne mais il n’y a plus de raisin pour attirer le sucre produit. Celui-ci migrera donc pour être stocké sous forme d’amidon dans les organes de réserve. La vigne profite également des bonnes conditions de minéralisation actuelle pour produire un système racinaire temporaire lui permettant d’assimiler une dernière dose d’azote qui servira à son développement au début de la campagne passée.

 

Il y a donc, surtout, pour les vignes « faibles » , une opportunité de nutrition automnale permettant de restaurer plus rapidement leur vigueur au cours de la prochaine campagne. Ce qui est écrit dans les lignes suivantes concerne donc plus généralement les vignes ayant produit en quantité modérée des raisins peu touchés par la pourriture.

Dans ces cas-là, il est souhaitable de détruire mécaniquement l’herbe dès que possible après

vendange pour que l’azote disponible soit exclusivement absorbé par la vigne. Il peut aussi être judicieux, en cas de suspicion de tassement, de réaliser un passage de coutre avant l’hiver pour permettre au froid d’améliorer la structure souterraine et augmenter la profondeur de l’horizon colonisable par les racines au printemps.

 

D’ailleurs, l’observation des vignes à la chute des feuilles sera un indicateur complémentaire précieux pour identifier ces zones où l’enracinement a été insuffisant en 2017, confirmant d’ailleurs souvent les zones où la chlorose était la plus marquée.

 

Informations relayées par le CIVC

 

 


AVANT LA VENDANGES Les vendanges se préparent… Faisons le point sur l’avant vendange           

 

 

  • Les prélèvements

Nous effectuons  avec d’autres vignerons des  prélèvements  effectués sur de nombreuses parcelles

(soit 2 kg de grains) deux fois par semaine. Ces moments d’échanges sont très riches et constructifs entre vignerons. Ils permettent de partager les ressentis, les interrogations et divers sujets techniques.

 

Exemple de compte rendu pour 2017

L’année semblait  précoce. Après des mois de mai et juin très chauds et secs, juillet et août nous apparaissent moroses. Pourtant les températures de juillet restent au-dessus des normales de saison (+ 0,7°c), alors que la pluviométrie est excédentaire de 20 % à l’échelle de la Champagne. La répartition de l’eau est par contre très inégale (cf. cartographie pluie juillet 2017 que j’ai mis en pièce jointe).

Localement, des épisodes de grêle ont altéré l’intégrité des grappes. Le premier épisode s’est déroulé dans la nuit du 31 juillet au 1er août. Un front orageux arrivé du sud-ouest a traversé la Champagne et provoqué de forts cumuls de pluie. Au sein de ce front orageux, deux cellules d’intensités variables ont engendré des averses de grêle.

La première a touché la Marne et a suivi une trajectoire Sud-Ouest/Nord-Est,. La grêle est spatialement très variable, les dégâts observés sont très hétérogènes. D’autres paramètres influencent également l’intensité des dégâts sur grappes : l’orientation des rangs, l’expression végétative et l’intensité du rognage. Un second épisode s’est déroulé en fin d’après-midi le 15 août sur tout dans le sud du département. Les cumuls d’eau enregistrés sont localement supérieurs à 50 mm. Les pluies ont engendré ravinement, coulées de boue et inondations. Ces pluies ont été accompagnées de grêles. Les dégâts sont localement sévères. Ils sont en cours d’évaluation.

 

 

  • Le taux de véraison*

*La phase de maturation n’atteint pas encore 50 %. Contrairement à 2016, les écarts de maturité entre cépages sont faibles. Avec un échantillon de parcelles réduit, la dynamique de maturation semble cependant plutôt bonne. Les chardonnays, traditionnellement en retard sur les cépages noirs en début de maturation, ont fleuri les premiers et ont déjà pris un peu d’avance. Ils ont actuellement entamé leur phase d’accélération avec une progression hebdomadaire de 1,8 %, vol. Les autres cépages ne sont pas en reste. Le pinot progresse de 1,5 % vol. sur une semaine et le meunier de 1,4 % vol.

Avec une acidité élevée, une maturité physiologique encore loin d’être acquise et un degré conséquent, 2017 est une année avec un potentiel de maturation élevé. Si les conditions sanitaires sont favorables, les raisins doivent exprimer pleinement leur potentiel et la vendange ne devra pas être précipitée.

infos du civc

 

 

 

promesse de fruit et de fête
 

 Au matin nous nous lèverons pour aller dans les vignobles.

Nous verrrons si la vigne bourgeonne, si les fleurs annoncent les fruits.

Cantique des cantiques 7,12 a

 

fleur de vigne 3

fleur de vigne 1 fleur de vigne 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

We use cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site web. Certains d’entre eux sont essentiels au fonctionnement du site et d’autres nous aident à améliorer ce site et l’expérience utilisateur (cookies traceurs). Vous pouvez décider vous-même si vous autorisez ou non ces cookies. Merci de noter que, si vous les rejetez, vous risquez de ne pas pouvoir utiliser l’ensemble des fonctionnalités du site.