French French

 

                            TRAVAUX A REALISER DANS LES VIGNES APRES LES VENDANGES

 

Alors que la cueillette des raisins était encore en cours dans de nombreuses communes, on a vu, le 14 septembre dernier, dans un village proche d’Epernay, les premiers ouvriers attaquant la prétailledes vignes. Même si, espérons-le, ces vignes prétaillées en septembre ne seront probablement pas taillées en octobre, cette pratique intervient trop tôt et va à contretemps par rapport au bon sens que nous enseigne le fonctionnement de Dame Nature…

 

Que se passe-t-il actuellement dans la vigne et dans les sols ?

Le feuillage est encore actif dans la majorité des parcelles. La photosynthèse fonctionne mais il n’y a plus de raisin pour attirer le sucre produit. Celui-ci migrera donc pour être stocké sous forme d’amidon dans les organes de réserve. La vigne profite également des bonnes conditions de minéralisation actuelle pour produire un système racinaire temporaire lui permettant d’assimiler une dernière dose d’azote qui servira à son développement au début de la campagne passée.

 

Il y a donc, surtout, pour les vignes « faibles » , une opportunité de nutrition automnale permettant de restaurer plus rapidement leur vigueur au cours de la prochaine campagne. Ce qui est écrit dans les lignes suivantes concerne donc plus généralement les vignes ayant produit en quantité modérée des raisins peu touchés par la pourriture.

Dans ces cas-là, il est souhaitable de détruire mécaniquement l’herbe dès que possible après

vendange pour que l’azote disponible soit exclusivement absorbé par la vigne. Il peut aussi être judicieux, en cas de suspicion de tassement, de réaliser un passage de coutre avant l’hiver pour permettre au froid d’améliorer la structure souterraine et augmenter la profondeur de l’horizon colonisable par les racines au printemps.

 

D’ailleurs, l’observation des vignes à la chute des feuilles sera un indicateur complémentaire précieux pour identifier ces zones où l’enracinement a été insuffisant en 2017, confirmant d’ailleurs souvent les zones où la chlorose était la plus marquée.

 

Informations relayées par le CIVC

 

 


AVANT LA VENDANGES Les vendanges se préparent… Faisons le point sur l’avant vendange           

 

 

  • Les prélèvements

Nous effectuons  avec d’autres vignerons des  prélèvements  effectués sur de nombreuses parcelles

(soit 2 kg de grains) deux fois par semaine. Ces moments d’échanges sont très riches et constructifs entre vignerons. Ils permettent de partager les ressentis, les interrogations et divers sujets techniques.

 

Exemple de compte rendu pour 2017

L’année semblait  précoce. Après des mois de mai et juin très chauds et secs, juillet et août nous apparaissent moroses. Pourtant les températures de juillet restent au-dessus des normales de saison (+ 0,7°c), alors que la pluviométrie est excédentaire de 20 % à l’échelle de la Champagne. La répartition de l’eau est par contre très inégale (cf. cartographie pluie juillet 2017 que j’ai mis en pièce jointe).

Localement, des épisodes de grêle ont altéré l’intégrité des grappes. Le premier épisode s’est déroulé dans la nuit du 31 juillet au 1er août. Un front orageux arrivé du sud-ouest a traversé la Champagne et provoqué de forts cumuls de pluie. Au sein de ce front orageux, deux cellules d’intensités variables ont engendré des averses de grêle.

La première a touché la Marne et a suivi une trajectoire Sud-Ouest/Nord-Est,. La grêle est spatialement très variable, les dégâts observés sont très hétérogènes. D’autres paramètres influencent également l’intensité des dégâts sur grappes : l’orientation des rangs, l’expression végétative et l’intensité du rognage. Un second épisode s’est déroulé en fin d’après-midi le 15 août sur tout dans le sud du département. Les cumuls d’eau enregistrés sont localement supérieurs à 50 mm. Les pluies ont engendré ravinement, coulées de boue et inondations. Ces pluies ont été accompagnées de grêles. Les dégâts sont localement sévères. Ils sont en cours d’évaluation.

 

 

  • Le taux de véraison*

*La phase de maturation n’atteint pas encore 50 %. Contrairement à 2016, les écarts de maturité entre cépages sont faibles. Avec un échantillon de parcelles réduit, la dynamique de maturation semble cependant plutôt bonne. Les chardonnays, traditionnellement en retard sur les cépages noirs en début de maturation, ont fleuri les premiers et ont déjà pris un peu d’avance. Ils ont actuellement entamé leur phase d’accélération avec une progression hebdomadaire de 1,8 %, vol. Les autres cépages ne sont pas en reste. Le pinot progresse de 1,5 % vol. sur une semaine et le meunier de 1,4 % vol.

Avec une acidité élevée, une maturité physiologique encore loin d’être acquise et un degré conséquent, 2017 est une année avec un potentiel de maturation élevé. Si les conditions sanitaires sont favorables, les raisins doivent exprimer pleinement leur potentiel et la vendange ne devra pas être précipitée.

infos du civc

 

 

 

promesse de fruit et de fête
 

 Au matin nous nous lèverons pour aller dans les vignobles.

Nous verrrons si la vigne bourgeonne, si les fleurs annoncent les fruits.

Cantique des cantiques 7,12 a

 

fleur de vigne 3

fleur de vigne 1 fleur de vigne 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

ABONNEZ VOUS ET RECEVEZ NOS PROCHAINES NEWSLETTERS .

S'abonner

NEWSLETTER