Prévisons pour l'Année 2019

 

Le 3 est le symbole du nombre parfait. Jupiter est la planète qui correspond au nombre d’expression 3

Jupiter est une planète chaude et humide qui fait monter le thermomètre et qui régit les orages.

L’expression du nombre 3, est sa capacité d’action rapide et de grande adaptabilité dynamique. Il manque de constance il se disperse et éparpille son énergie. D’un autre côté, son principal défaut est la tendance à se disperser. Cependant il est chaleureux et invite à la détente. Le nombre d’expression 3 peut en revanche se montrer redoutable car il ne connaît pas la demi-mesure.

Après la numérologie et l’astrologie voyons ce que nous dit la météo pour 2019

 

Les années 2018 à 2022 devraient être encore plus chaudes que ne le présageaient les modèles climatiques, selon une étude par le CNRS, l’Ifremer, l’IRD, l’Université de Bretagne occidentale et l'Université de Southampton. Elle met en évidence les sautes d'humeurs du réchauffement.

2018, à peine terminée, vient d’être classée par Météo France comme année la plus chaude en France depuis le début des mesures en 1900. Et selon les scientifiques, plus chaude de l’histoire de l’humanité. En cause : le réchauffement climatique doublé d’un épisode El Niño, un phénomène climatique qui se caractérise par une hausse anormale de la température de l’océan.

"Au mois d’octobre 2018, les températures de surface de la mer dans l’est du Pacifique tropical semblaient indiquer le retour de conditions associées en général au phénomène El Niño, même si le pendant atmosphérique de ces conditions ne s’est pas encore véritable manifesté", indique l’Organisation météorologique mondiale (OMM). "Si un épisode El Niño se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018".

 

El Niño

Plus les températures augmentent, plus les conséquences extrêmes d’El Niño pourraient être fréquentes et intenses. Or, pour l’instant, les émissions de gaz à effet de serre ne cessent de faire grimper le thermomètre. Selon les experts du groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), au rythme actuel, la température devrait augmenter de 1,5 °C entre 2030 et 2052.

 

Selon une étude de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique (NOAA), il y a 80 % de risques qu’un phénomène El Niño se forme et entre 55 % et 60 % de risques que l’événement se poursuive jusqu’au printemps 2019. El Nino pourrait également être retardé et frappé plutôt en 2020."Je ne suis pas prêt à dire que 2019 sera l’année la plus chaude jamais enregistrée", a déclaré le météorologue Brett Anderson à AccuWeather, "mais je suis assez confiant pour dire qu’elle sera classée parmi les trois années les plus chaudes de l’histoire, indépendamment de la puissance d’El Niño". 

 

"Si un épisode El Niño se concrétise, 2019 sera sans doute plus chaude que 2018". Pour 2018-2022, l'impact lié à la variabilité naturelle du climat sera "équivalent au réchauffement climatique anthropique", ce qui aboutira ainsi à une hausse de température moyenne deux fois plus élevée qu'avec le seul réchauffement provoqué par l'homme, a précisé à l'AFP l'auteur principal Florian Sévellec, du Laboratoire d'océanographie physique et spatiale (CNRS/Ifremer).

 

Une situation propice aux ouragans "Nous sommes entrés dans une phase de chaleur, poussée par la variabilité naturelle, qui devrait durer cinq ans ou plus", a-t-il ajouté. Selon l'étude, les risques d'épisodes de températures anormalement élevées de la surface de la mer seront également plus importants, situation propice aux ouragans. (Secrétaire générale adjointe de l’OMM, Elena Manaenkova)

Le dernier épisode El Niño, qui a pris fin en 2016, est associé au blanchissement de la Grande Barrière de corail, à de graves sécheresses en Afrique ou encore des incendies en Indonésie. (Etude publiée dans Geophysical Research Letters) Marina Fabre @fabre_marina.