cheval lenice France3 png

drapeau francais

 

FAISONS CONFIANCE A LA NATURE
 
Malgré les terribles orages de grêles  des semaines de pluie au mois de mai, le rique pourriture est en constante baisse après les dernières semaines sèches.
 

En l' absence de pluies depuis le 05 juillet, l’azote n'a plus migré jusqu’aux racine, cela nous a protégé des maladies. Nous avons également arrêté de travailler la terre pour ne plus difuser l'azote.La disponibilité en azote est donc largement plus modérée qu’en 2017 et tant mieux.

 De plus, avec le temps sec actuel, les champignons associés ne devraient pas avoir le temps de se développer.
 

Depuis le premier prélèvement du 6 août, avec +0,17 % vol. par jour en moyenne, la prise de degré potentiel pour l’en-semble des cépages est sou-tenue, régulière, sans être exceptionnelle. Bien que les températures soient au-dessus des normales de saison, la charge et le manque d’eau expliquent cette évolution plutôt or-dinaire.

Pinot Aube

23 août

Pinot Marne

25 août

Meunier Aisne

27 août

Meunier Marne

26 août

Chardonnay Marne

26 août

Champagne

26 août

Cette année, dans un contexte où les températures ne sont pas limitantes, les circuits habituels de cueillette risquent d’être modifiés. Les secteurs tardifs peuvent créer la surprise !

Des prélèvements sont donc nécessaires pour ne pas récolter trop tôt certaines parcelles.

A quelques jours de l’ouverture généralisée des vendanges, 2018 est déjà l’année de tous les superlatifs : rendement généreux, précocité exceptionnelle, état sanitaire parfait, maturation presque idéale. Les prévisions météo sont plutôt favorables avec un temps chaud et sec pour cette semaine et un temps un peu plus frais, surtout la nuit pour la semaine prochaine.

Mais la finale n’est pas encore gagnée : tant que les raisins ne sont pas dans le panier, la vigne n’est pas vendangée ! Encore quelques jours avant le verdict définitif de cette vendange...

Les dates des vendanges par village et par cépage sont consultable en cliquant sur le lien ci-dessous :
 
 
 
 

Des espèces exotiques envahissantes colonisent les sentiers à proximité des vignes !

Selon la convention sur la diversité biologique, les espèces exotiques envahissantes (EEE) sont l’une des causes majeures d’atteintes à la biodiversité au niveau international, avec la disparition et ou la fragmentation des habitats, la surexploitation des espèces et des ressources, la pollution et le réchauffement climatique (perturbation climatique).

Il peut s’agir de végétaux ou d’animaux (oiseaux, arthropodes, crustacés ou encore mammifères). Parmi les EEE présentes en métropole et dans notre région, on peut citer le ragondin, le frelon asiatique, la coccinelle asiatique, l’écrevisse américaine ou encore la jussie. Certaines espèces causent des dommages importants aux écosystèmes et peuvent avoir des impacts économiques et sanitaires importants.

Une plantes exotique envahissante invasive présente dans le vignoble champenois est la renouée asiatique. Il y a plusieurs espèces qui colonisent les sentiers à proximité des vignes

Pour plus de renseignements reportez vous à la lecture du vigneron champenois de février 2018 page 61 et suivantes.

La Renouée du Japon ou Renouée à feuilles pointues est une espèce de plante herbacée vivace de la famille des Polygonaceae originaire d’Asie orientale, naturalisée en Europe dans une grande diversité de milieux humides.

Nom scientifique : Fallopia japonica

Classe : Magnoliopsida

Famille : Polygonaceae

Règne : Plantae

Classification supérieure : Fallopie

Rang : Espèce

Sources :Wikipédia

POUR ALLER PLUS LOIN : http://www.desjardins-inspirations.fr/la-renouee-du-japon/

Il semblerait qu'elle soit comestible...

 

 

drapeau anglais

We invite you to join us at harvest time, to visit Champagne Vineyards and wineries.

 During harvest in Champagne in septembre, this is a unique opportunity to participate in the process of picking the grapes, watching a pressing and to taste the freshly pressed juice.

 

All over the spring and summer time,  discover on our tour in our cellars,  the history of champagne.

The “terroir” containing 70 million year old chalk and the process of champagne growing in this region around Epernay –Reims

(Montagne de Reims, Côte des Blanc, Vallée de la Marne).

 

Important information about grape varieties and vine growing and Champagne process will be provided by Patricia  the wife of the wingrower.

We will open cellars and our  boutique where you will have a tasting of 2 or 3 champagne blends and learn the different characteristics of Chardonnay, Pinot Noir and Pinot Meunier.

 

Superb brioche or other meals,  will accompany champagne.

 

This tour is limited to 19 people to provide a personalized experience.

 Thank's to Jill and Hervey for their collaboration

 

vendanges

Crédit Photo Patricia H MILLET à droite de la photo Monsiuer Frank IZARD notre ouvrier vigneron sans qui notre travail ne pourrait être fait.

 


Il se pourrait qu'il reste quelques  erreurs de frappes ou de fautes

Soyez courageux ou indulgents selon ce que vous êtes,

respirer un grand coup et lisez en ne gardant que le sens !
Je vous remercie vivement !


drapeau francais 

 

La monoculture appauvrie le sol.

Travailler trop la terre l'épuise, la jachère l'amoindrie.

Existe - t- il des solutions telle est ma question !
Des rechecheres sont en en cours des expérimentations aussi .
Pour notre vignoble nous reflechissons et depuis 5 ans
utlisons des engrais biologiques à base d'algue.
MAIS dès le printemps 2019 nous travaillerons en biodynamie et utiliserons plantes,
herbes eau dynamisée et basalte.
 
 

 

Le cœur du champagne pour moi se situe dans l'homme : là où la raison est insufflée par l'amour du bon sens.

 

Observer le sol c'est  comprendre les énergies.

Il faut être conscient que nous avons tous privilégié la croissance des plantes et le rendement au détriment de la résistance des végétaux.

Les végétaux sont souvent luxuriants, mais complètement déficients au niveau de leur système de défense.

Rudolf Steiner avait déjà observé en 1924 en s'inspirant des "anciens" que les forces de la terre sont en corrélation avec ceux du cosmos.

Notre société  tenue par deux dogmes  l'un religieux et l'autre éco no -pharmaceutique nous a privée de notre bon sens,  souvent qualité de superstitieux ou pire d'hérétique  !

Une exploitation agricole est pleinement conforme à sa nature quand elle peut être conçue comme une sorte d'individualité pour soi autosuffisante.

Supposez que vous ayez une plante qui se développe à partir de sa racine. A l'extrémité de la tige se forme la graine minuscule. Feuilles et Fleurs  s'étalent. Maintenant regardez : est terrestre dans la feuille et dans la fleur ce qui représente sa forme remplie de matière terrestre.

La graine en revanche, qui développe toute sa force par l'intermédiaire de la tige dans le sens verticale irradie feuille et fleurs : elle est de force cosmique.

Les feuilles vertes sont porteuses de l'élément terrestre (forme, épaisseur et couleur). Mais elles ne seraient pas vertes si ne vivaient aussi en elles l'énergie cosmique du soleil et la force nutritive de la lune.

Pour ceux qui veulent aller plus loin dans le réflexion Rudolf Steiner dit que si vous passer à la fleur colorée, elle vit aussi du soutien qu'elle reçoit des forces des planètes qui nous entourent.

Savez-vous que c'est Jupiter qui donne la couleur blanche et jaune au tournesol ?  Que la chicorée sauvage du bord du chemin est soutenue dans sa couleur bleuâtre par l'influence de Saturne ?  La fleur rouge vit sous l'influence de Mars...

Or la force qui apparait là, dans la coloration de la fleur, agit avec une intensité toute particulière dans la racine. Car ce qui vit là , est source de force cosmo- tellurique. Lorsque la racine se ramifie et s'étoffe, c'est l'élément terrestre qui agit vers le bas (comme la couleur agissait vers le haut).

 

  OBSERVEZ..

Il faut savoir que l'élément terrestre qui attire et agit très fortement sur les racines est le calcaire de part sa nature élémentaire à base de fossiles marins en champagne notamment. Les racines des vignes par le moyen de la craie du sol et sous sol sont attirées en direction des profondeurs et nous pouvons constater cela facilement en regardant les falaises du paysage champenois.

L'énergie radiculaire d'une plante cherche à partir vers le haut, à monter dans la feuille par la tige c'est son cycle naturel. Pourtant  nous n'avons eu de cesse à privilégier le feuillage en donnant des engrais plutôt que de donner des éléments de défense à la plante !

Pour redonner l'énergie au sol nous devons renforcer la formation du système racinaire, il nous faut redonner à la plante la force de prendre dans le sol les éléments cosmiques pour remonter les minéraux dans les fruits.

Rappelons-nous que le soleil et les planètes donnent la couleur aux fleurs et aux fruits et que le sol donne l'énergie et que c'est l'énergie qui donne le goût.

C'est un peu comme pour l'être humain qui - de par sa force a du désir-  et se découvre avoir goût à la vie !

Revenons à la terre, à notre craie à Belleminta champenoise; on sait que le siliceux dans la terre (l'atome de la silice entrant dans la composition de nombreux minéraux et dont notre corps contient environ  1 kilo essentiellement dans les os, mais aussi les cheveux , les tendons, les cartilages, la peau , les ongles)  capte la lumière ( comme le photovoltaïque)  rend la lumière active.

La craie  est un sédiment composé de carbonate de calcium provenant d'organismes vivants appelés Coccolites (pépins ou graines de pierre).

Le calcium qui est dans cette terre que nous cultivons, veut posséder le végétal. Le calcaire (carbonate de calcium) sous forme d'élément calcium n'a pas encore la pleine conscience de son identité fossile après sa dégradation animale. Il faut que le calcaire qui est beaucoup plus compressé que le calcium ait combiné le calcium à l'oxygène pour ne plus convoiter et attirer à lui l'élément végétal.

Je vous rappelle que la craie fonctionne comme une éponge et qu'elle attire l'eau et le soleil et retient ces éléments en les rendant à la surface la nuit sous l'action de la lune.

Donc si on veut redonner à cette terre, à ce sol, à cette craie,  la possibilité de rendre le meilleur à ses fruits,  il lui faut à dose homéopathique de la silice (une molécule d'oxyde de silicium) . La silice est un élément qui  a trouvé en elle même son repos elle a acceptée son état, la calcaire lui  revendique et convoite tout.  (Ici le caractère champagne trouve toute sa dénomination !).

Là sous la terre, se trouve quelque chose qui a un besoin de respirer comme le poumon humain. Or on doit savoir que l'humus ne capte pas la lumière et ne met pas en activité la lumière qui vient sur le sol  Selon que l'humus a été formé dans un sol aéré ou plutôt asphyxiant (lié à la saturation totale en eau ou à la coaptation répétée sans matière organique) on peut classer les humus en deux catégories : AEROBIE et ANAEROBIE

 

Il existe un humus nommé LE MODER formé en aérobiose
Sa couche superficielle de matière organique est non incorporée, humufiée par la faune et les champignons, présent dans les zones à activités biologiques moyennes. On y voit à l'automne des feuilles de l'année qui subissent une décomposition surtout fongique, mais aussi les feuilles de l'année précédente où il ne reste plus que leur réseau de nervures (comme de la dentelle). L'odeur de ce sol est caractérisée par l'arôme de champignons.

 Humus formé en anaérobiose :

C’est la tourbe qui renferme des résidus végétaux identifiable parfois vieux de plusieurs milliers d'années. Véritables archives environnementales mais saturé d'eau.

Donc je disais en bas le calcaire veut respirer,  il est basique et empêche la plante d'absorber le fer qui est dans le sol et donc possède en quelque sorte le végétal. Donc il faut donner une chance à ce calcaire de trouver la force pour lâcher prise.  Comment arracher la force du calcaire des plantes !

C'est la silice qui le permet. La silice n'a pas de PH( potentiel hydrogène) elle est pour ainsi dire  "apaisée" et très légère. Elle ne retient rien, ni les éléments ni l'eau.

L'azote est un élément  astral qui agit entre le calcaire et la silice. C’est l'élément majoritaire de l'air, il est très important pour la croissance des plantes. L'azote constitue également un constituant des engrais chimiques que l'industrie a déversée durant des années en vantant ses mérites alors que nous avons étouffé la terre avec l'argent dépensé pour l'industrie pharmaceutique.

Donc nous avons un élément naturel dans l'atmosphère qui permet à notre plantes de grandir grâce. Prenons par exemple le moment  de l'année situé entre la mi-janvier et la mi-février. Ce moment où la terre développe ses forces les plus intenses qui sont au maximum de leur concentration à l'intérieur de la terre (comme au cœur de l'été) . Si on se fit cette période là en regardant les dictons populaires qui contiennent une foule de sentences nous aurions des indications très importantes sure la philosophie paysanne.

 Plus un autre jour...sur la silice et où la trouver !

 Patricia PH M

 
 

 Si vous aussi, souhaitez nous soutenir, nous créons une carte club exclusive, qui par un système de participation vous rend partenaire de nos efforts ecologiques. La carte Club exclusive, vous permet d'accèder à des informations sur notre façon de travailler la terre, la vigne et le vin, elle vous donne aussi un certain nombre d'avantages pour le prix des bouteilles ou pour les animations que nous organisons.
 
Ecrivez -nous si vous avez des idées ou des fonds à investir nous vous conseillerons.
L'économie champenoise est en grande mutation tant pour la gestion des exploitations viticoles qui s'amoindrissent comme peau de chagrin lié à la difficulté des transmission à cause de la valeur sur-évaluée des parcelles de vignes, que par les méthodes culturales et de vente. Certains parlent de marketing, moi je préfère parler d'accueil des clients et des promeneurs.
 

 

 

 

Les nombreux travaux sur les couverts végétaux montrent leur efficacité dans la lutte contre le lessivage des nitrates et l’érosion : c’est aujourd’hui une solution facile et efficace, et sans doute prochainement obligatoire avec la réforme de la PAC. Cependant, la fonction des couverts ne se limitent pas à un simple rôle de « piège à nitrates » : ils tiennent une place prépondérante dans des systèmes de culture performants, plus autonomes et respectueux de l’environnement. les couverts sont un outil vers l’agriculture durable. La pratique des couverts à un impact économique, technique et agronomique sur les itinéraires culturaux et la gestion globale de l’exploitation. Pour réussir son interculture, il est nécessaire de passer d’une gestion à court terme à une gestion à moyen et long terme, permettant de nouveaux modes de production. Il est nécessaire d’acquérir de nouvelles compétences et de rechercher de nouvelles connaissances.

Techniques : il est nécessaire d’apprendre à choisir ses couverts, savoir les implanter, les entretenir et les détruire en fonction de ses objectifs et des moyens de l’exploitation.

Economiques : l’implantation et la destruction du couvert représentent un coût en terme de temps de travail, de mécanisation..

Cependant en regard des bénéfices à moyen et à long terme apportés par une pratique régulière et adaptée de la couverture de l’inter-culture, il s’agit d’un investissement important.  La réflexion devant se faire à l’échelle de la rotation et non plus à l’échelle de l’année culturale mais sur le long terme que ce soit en agriculture ou en viticulture.

Agronomiques : c’est l’ensemble du système de culture qui peut être modifié, notamment la fertilité du sol, ses réserves en eau ou encore la gestion des adventices et des ravageurs. Une réflexion sera nécessairement menée afin de voir si le couvert ne pénalise pas la vigne et le raisin qu'elle produit (gestion du salissement, recyclage des éléments minéraux, lutte contre les parasites et les maladies).

Matthieu Archambeaud

 



« D’ ARRACHEMENT en ARRACHEMENT JE RAJEUNIS » René Girard

Anthropologue et philosophe français  25.121923 Avignon 4.15.2015 Sanford Californie

Ses écrits : Les origines de la culture – le Bouc émissaire – Des choses cachées depuis la fondation du monde- La violence et le sacré- Mensonge romantique et vérité romanesque – Dieu une invention ?  - Je vois Satan tomber comme l’ éclair-   La conversion de l’art – Anorexie et désir mimétique – Shakespeare, les feux de l’envie – La voie méconnue du réel

ARRACHEMENT

 

Luc et Franck taillent la vigne depuis novembre tous les jours durant 8 heures. Fin mars la taille se termine. Puis commence le temps de la lierie...autant dire que les hommes et les femmes en champagne ne chôment pas et même s'il y a de l'herbe au sol ce n'est pas parce qu'ils délaissent le travail de la terre ou qu'ils ne s'en occupent pas ...justement c'est qu'ils s'en occupent mieux. Si vous souhaitez savoir ce qu'est la viticulture durable, la biodiverstié et la culture raisonnée consulter mon blog  et le site !

 

 

Franck Izard taille une parcelle dénommée" les dix écus" que nous appelons l'échine courbée ...pour les curieux qui souhaient en savoir plus sur les noms et surnoms des lieux dits des parcelles, il faudra me poser la question -et si elle est bien posée et seulement si elle est bien posée- je vous répondrai. Mais vous pouvez aller sur la rubrique TOPONYMES pour avoir des renseignements intéressants sur les toponymes.

 

vigne durant la taille image 2017

Le temps de la taille.

Le vigneron effectue 15 000 coups de sécateurs en moyenne par jour de fin octobre à fin mars

1 mois pour tailler un hectare de vignes

Le vigneron connait sa vigne et il l’aime. Il sait qu’en la taillant il lui redonne force et elle le lui rendra, la fécondité de la vigne sera accrue et le raisin n’en sera que de meilleure qualité. Le sait-elle ? La vigne aime-t-elle aussi le vigneron pour lui donner, après tous les soins qu’il lui apporte, ses fruits ?

 

vigne avant taille 2017

vigne après taille image mars 2017

 

 En haut un pied avant la taille sur une parcelle non desherbée

En bas ce même pied une fois taillé sur la même parcelle.

 

Couper et tailler c’est un geste répétitif pour le vigneron et pour la vigne. Cela peut paraitre douloureux et réducteur. D’ailleurs la vigne pleure. Parfois les femmes s’enduisent le visage des gouttelettes de sève pour tirer les bénéfices des éléments de cette terre qui nous porte tous. La sève qui circule dans la vigne, c’est la même vie qui circule dans le monde et qui nous vivifie et anime la vie de l’Homme. Sève symbolise le sang dans lequel circule l’énergie vitale nécessaire à la vie.

 

Les sarments stériles sont ôtés et ceux qui portent du fruit sont rabattus… Mais cette taille purifie. Ceux coupés gisent au sol. Ils seront broyés, brulés ou parfois ramassés pour faire un feu de joie dans les cheminées devant laquelle en hiver le vigneron offre son champagne.

Des sarments sont retirés pour donner plus de vigueur à la vigne. Ceux qui gisent au sol ne peuvent vivre, ils ne porteront plus de fruit, ils sont désunis du cep, plus aucune sève provenant des racines ne les alimente.

      



TOPONYMIE ce que dit le nom d’un lieu 
 

Découvrir le terroir et les lieux-dits c’est raconter l’histoire d'une commune mais c’est aussi connaitre le sous- sol pour reconnaitre les meilleures parcelles. 

  Les LIEUS-DITS 
  de nos parcelles de
  vigne

Pegorier André Spécialiste de la toponymie

  LES GONDRIVATS

 

  LES CULEES

Nf. Extrémité d’une parcelle, d’un territoire communal
situé dans la vallée en Champagne.

  LES MORDES
  FONTAINES

Présence de fontaine et de vase

  LES HETES

Les huttes

  LES TIERS SAUDES

Notion de droit à payer pour un tiers

  FLAMME CHIEN

 

  LA COTE A BRAS

La grande cote

  LES BISSETTES

Fraguements de grès utilisé pour empierrer un clos 

  LES VORIVALS

 

  LES RAVIGNONNES

Profonds fossés naturels creusés par les eaux 

  LE CLOS SAINT
  HELENE

Terrain, cultivé et clos de haies ou de murs, dédié à Sainte Hélène, mère de l´empereur Constantin, dont les reliques avaient été transférées de Rome à l´abbaye Hautvillers en 841. Une relique de Sainte Hélène est détenue dans une chasse dans l’Eglise d’Hautvillers, un chemin au-dessus du clos mène jusqu’au mur d’enceinte de l’ abbaye


TERROIR ET LIEU DIT

La notion de « terroir » fut, dans les premiers travaux des géographes français, exclusivement descriptive. Elle est devenue aujourd’hui une notion spatiale qui permet de comprendre le fonctionnement d’un milieu, dans le domaine viticole, de produire un vin stylé propre à chaque unité homogène. Plusieurs approches sont donc possibles : l’approche du contexte naturel (géomorphologie, climatologie, etc.), l’approche agronomique (stades phénologiques des différents cépages, croissance des organes végétaux, etc.) et l’approche œnologique (vinification séparée des lots de vendange issus des unités de terroirs, suivi analytique pour mieux apprécier l’évolution du produit, etc.). Le vin de Champagne n’est pas vendu avec un étiquetage qui porte des noms de terroir.

 

On ne parle  pas de
« Château » en Champagne  sauf  à trois ou quatre exceptions près, si le château est attenant au vignoble comme par exemple celui de la Veuve Clicquot. Dans le bordelais on parle de château, dans d'autres régions on parle de clos, en Alsace de cépages ou de nom de lieu dit (topomyne* comme le Kaeferkopf par exemple). En champagne on parle de « Maisons de Champagne » de « Domaine » de « Propriété » qui élaborent un produit grâce à des assemblages de vins issus de diverses unités homogènes de terroirs champenois. On peut aussi parler de domaine ou d'exploitation viticole. 

 

Grâce à une bonne connaissance de ces unités de terroir, on peut obtenir une plus grande finesse des assemblages, une amélioration constante de la qualité du produit et une maîtrise des coûts de production. Actuellement, des études fondées sur un croisement de données, ont déjà permis de définir vingt unités homogènes de terroirs, appelées aussi les petites régions du vignoble. Le CIVC les met à la disposition des vignerons qui cherchent à améliorer leurs pratiques (Alain Marre professeur, laboratoire GEGENA, Bâtiment de Recherche du Campus Croix Rouge, Université de Reims,57 rue Pierre Taittinger, 51096 Reims Cedex,France, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

 

 

La notion de TERROIR  Au Viteff 2015 Frédéric Marais

 

" Comment reconnaitre le terroir, comment retrouver le terroir, comment retrouver la géographie dans un vin d'assemblage tel que le champagne"?  (Damien Framery, géographe et géomorphologue).

Pour tenter de savoir, il a demandé à des œnologues d'exprimer par des mots leurs impressions à la dégustation de vins clairs, c'est- à- dire, avant que le fameux assemblage ne vienne brouiller les pistes. Il en résulte une sorte de cartographie des sous-régions viticoles selon le vocabulaire utilisé.

Mais au final on constate côté consommateur que chacun a sa propre idée du terroir, même si les notions de savoir-faire, de région, de sol et de climat reviennent fréquemment. Le terroir est une construction sociale et culturelle fondée sur l'association entre un lieu et un produit.  Un lien qui doit être cultivé par les champenois en ce qu'il est synonyme d'authenticité dit Nathalie Spielmann professeur de marketing à Neoam Buisness School.

Le débat n'est pas clos !